Al-Amîn : Différence entre versions

De BoyWiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Corrections orthographiques et stylistiques)
(m)
 
(7 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le calife '''Al-Amîn''' [en arabe '''أبُو عَبد الله الأمِين مُحَمَّد بن هَارُون الرَّشِيد''' = ''ábuw åabd allāh el-ámiyn muḥammad bn haāruwn eł-rašiyd''] est le fils et successeur du fameux Hârûn ar-Rachîd.
+
Le calife '''Al-Amîn''' [en arabe {{lang|ar|dir=rtl|texte=أبُو عَبد الله الأمِين مُحَمَّد بن هَارُون الرَّشِيد}} = ''ábuw åabd allāh el-ámiyn muḥammad bn haāruwn eł-rašiyd''] est le fils et successeur du fameux Hârûn ar-Rachîd.
  
Né en avril 787, fils du calife Hârûn ar-Rashîd et de Zubaydä bint Jaåfar, petite-fille du calife Al-Mansûr, Al-Amîn accéda au trône à l’âge de vingt-deux ans après la mort de son père (en 809). Puis il régna jusqu’en septembre 813, date de son assassinat par son demi-frère Al-Ma’mûn.
+
==Biographie==
  
Poète, jouisseur, ami d’[[Abû Nuwâs]] qui avait été son professeur et sans doute son amant, il partageait avec lui la passion des adolescents. Sa mère, qui connaissait ses goûts amoureux, tenait à ce qu’il engendre cependant des héritiers : elle eut l’idée d’introduire auprès de lui des « garçonnes » (''[[ghulâmiyyä|ġulâmiyyât]]''), jeunes filles coiffées et habillées comme des garçons. Cette ruse eut un certain succès, puisque Al-Amîn eut en effet plusieurs fils.
+
Né en [[avril]] [[787]] (170 A.H.), fils du calife Hârûn ar-Rashîd et de Zubaydä bint Jaåfar, petite-fille du calife Al-Mansûr, Al-Amîn accéda au trône à l’âge de vingt-deux ans après la mort de son père (en [[809]] / 193 A.H.).
 +
 
 +
Il régna jusqu’en septembre [[813]], date de son assassinat par Tâhir ben Husayn, général au service de son demi-frère Al-Ma’mûn. L’historien persan Tabarî donne comme date de sa mort le 1 mouharram 198 A.H. (1{{Exp|er}} septembre 813 selon le calendrier julien, [[5 septembre]] [[813]] selon le calendrier grégorien proleptique<ref>On trouve parfois la mention du 25 septembre julien – [[29 septembre]] grégorien – pour la mort d'Al-Amîn : par exemple dans le [http://www.sunypress.edu/p-1419-the-history-of-al-tabari-vol-31.aspx sommaire] du volume 31 de ''The History of al-Tabari'', Suny Press, 1992.</ref>).
 +
 
 +
==Un calife jouisseur==
 +
 
 +
Poète, jouisseur, ami d’[[Abû Nuwâs]] qui avait été son professeur et sans doute son [[amant]], Al-Amîn  partageait avec lui la passion des [[adolescent]]s. Il appréciait particulièrement les [[eunuque]]s : « La cour comprenait sept mille eunuques noirs et quatre mille blancs ».<ref>Bernard Lewis, ''Islam, race et esclavage au Proche-Orient'', Gallimard, coll. Quarto (ISBN 2-07-077426-0), p. 331.</ref>
 +
 
 +
Sa mère, qui connaissait ses goûts amoureux, tenait à ce qu’il engendre cependant des héritiers : elle eut l’idée d’introduire auprès de lui des « garçonnes » (''[[ghulâmiyyä|ġulâmiyyât]]''), jeunes filles coiffées et habillées comme des garçons. Cette ruse eut un certain succès, puisque Al-Amîn eut en effet plusieurs fils.
  
 
==Voir aussi==
 
==Voir aussi==
 
===Bibliographie===
 
===Bibliographie===
*Maarten Schild, « The irresistible beauty of boys : Middle Eastern attitudes about boy-love », p. 37-48, in: ''Paidika : the journal of paedophilia'', vol. 1, nr 3, winter 1988, Amsterdam, Paidika, 1988.
+
*[[Maarten Schild|{{Petites capitales|Schild}}, Maarten]]. « The irresistible beauty of boys : Middle Eastern attitudes about boy-love », in [[Paidika (revue)|''Paidika : the journal of paedophilia'']], vol. 1, nr 3, winter 1988. – Amsterdam : Paidika, 1988. [p. 37-48]
 
===Articles connexes===
 
===Articles connexes===
 
*[[Abû Nuwâs]]
 
*[[Abû Nuwâs]]
 
*[[Arabes]]
 
*[[Arabes]]
 +
*[[Castration en Islam]]
 
*[[Ghulâmiyyä]]
 
*[[Ghulâmiyyä]]
 
*[[Islam]]
 
*[[Islam]]
 +
 +
== Notes et références ==
 +
<references />
 +
 +
 +
{{DEFAULTSORT:AlAmin}}
 +
[[Catégorie:Pédéraste arabe]]

Version actuelle datée du 27 août 2012 à 19:18

Le calife Al-Amîn [en arabe أبُو عَبد الله الأمِين مُحَمَّد بن هَارُون الرَّشِيد = ábuw åabd allāh el-ámiyn muḥammad bn haāruwn eł-rašiyd] est le fils et successeur du fameux Hârûn ar-Rachîd.

Biographie

Né en avril 787 (170 A.H.), fils du calife Hârûn ar-Rashîd et de Zubaydä bint Jaåfar, petite-fille du calife Al-Mansûr, Al-Amîn accéda au trône à l’âge de vingt-deux ans après la mort de son père (en 809 / 193 A.H.).

Il régna jusqu’en septembre 813, date de son assassinat par Tâhir ben Husayn, général au service de son demi-frère Al-Ma’mûn. L’historien persan Tabarî donne comme date de sa mort le 1 mouharram 198 A.H. (1er septembre 813 selon le calendrier julien, 5 septembre 813 selon le calendrier grégorien proleptique[1]).

Un calife jouisseur

Poète, jouisseur, ami d’Abû Nuwâs qui avait été son professeur et sans doute son amant, Al-Amîn partageait avec lui la passion des adolescents. Il appréciait particulièrement les eunuques : « La cour comprenait sept mille eunuques noirs et quatre mille blancs ».[2]

Sa mère, qui connaissait ses goûts amoureux, tenait à ce qu’il engendre cependant des héritiers : elle eut l’idée d’introduire auprès de lui des « garçonnes » (ġulâmiyyât), jeunes filles coiffées et habillées comme des garçons. Cette ruse eut un certain succès, puisque Al-Amîn eut en effet plusieurs fils.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Notes et références

  1. On trouve parfois la mention du 25 septembre julien – 29 septembre grégorien – pour la mort d'Al-Amîn : par exemple dans le sommaire du volume 31 de The History of al-Tabari, Suny Press, 1992.
  2. Bernard Lewis, Islam, race et esclavage au Proche-Orient, Gallimard, coll. Quarto (ISBN 2-07-077426-0), p. 331.