Heinrich Hössli : Différence entre versions

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher
(m)
(m)
Ligne 64 : Ligne 64 :
  
 
[[Catégorie:Écrivain suisse]]
 
[[Catégorie:Écrivain suisse]]
[[Catégorie:Suisse]]
 

Version du 20 juillet 2014 à 15:21

Heinrich Hössli ou parfois Hößli (Glaris, 6 août 1784 – Winterthur, 24 décembre 1864) est un écrivain suisse de langue allemande.

Biographie

Heinrich Hössli fut le quatrième enfant et le premier fils d’une famille qui compta au total quatorze enfants (huit filles et six garçons). Il n’est pas indifférent de savoir que dans sa maison natale avait vécu Anna Göldin, exécutée le 21 juillet 1782 pour sorcellerie.

Fils de Hans Jakob Hössli, Heinrich reprit le métier de son père (chapelier), qu’il compléta par celui de modiste et de décorateur. Ses chapeaux pour femmes furent célèbres dans la région de Glaris. En 1811, il épousa Elisabeth Grebel dont il eut deux fils (Jakob Rudolf né en 1812, et Johann Ulrich né en 1814 ; tous deux émigrèrent aux États-Unis). Heinrich Hössli ne vécut que brièvement avec sa femme, laquelle suivit plus tard son fils Johann Ulrich aux États-Unis, où elle mourut en 1861.

Défense de l’amour grec

En 1836, soit près d’un siècle avant la parution de l’édition publique du Corydon d’André Gide, Heinrich Hössli publie Eros, die Männerliebe der Griechen, le premier ouvrage des temps modernes qui prenne la défense de l’amour grec[1] sur des bases anthropologiques, philosophiques, historiques et littéraires. Il compare avec pertinence les préventions qu’a la société de son temps contre les hommes qui aiment les jeunes hommes à celle qu’avait le Moyen-Âge à l’égard des sorciers.

Karl Heinrich Ulrichs, le « grand ancêtre » des mouvements allemands de libération homosexuelle, découvrit l’existence de ce précurseur grâce à un correspondant suisse, quelques années après la parution de ses propres brochures défendant l’amour de l’homme pour l’homme, et il lui rendit hommage.

Circonstances précédant l’élaboration d’Eros, die Männerliebe der Griechen

En 1817, la Suisse fut ébranlée par une affaire criminelle, le meurtre du jeune Daniel Hemmler (1794 – 1817), qui s’acheva par l’exécution publique, à Aarwangen, de l’assassin, l’avocat Johann Franz Nikolaus Desgouttes (1785 – 1817). Desgouttes connaissait sa victime de longue date, Hemmler étant entré à l’âge de seize ans dans le cabinet d’avocat du père de Franz Desgouttes.

Hössli fut choqué par cette affaire et pressentit que le meurtre, présenté comme crapuleux, reposait sur la jalousie et la passion amoureuse. L’inclination de Franz Desgouttes pour Daniel Hemmler relevait, selon lui, d’une forme d’amour totalement incomprise en son temps, alors que cette forme d’amour avait été honorée par la Grèce antique. En raison de l’insuffisance de sa formation, Hössli se sentit incapable d’écrire lui-même une apologie de l’amour grec, forme d’amour qu’il jugeait naturelle. Il rédigea néanmoins une argumentation et se rendit à Aarau pour contacter le grand écrivain suisse Heinrich Zschokke (17711848) et l’inciter à rédiger un livre sur le sujet.

Heinrich Zschokke écrivit alors un conte : Der Eros oder Über die Liebe (1821). Dans ce conte, Hössli apparaît sous le personnage de Holmar, Desgouttes sous celui de Lukasson et Zschokke sous celui de Beda. Holmar justifie l’amour grec par référence à l’Antiquité, sa philosophie, ses mœurs. Beda nie que l’amour puisse exister sans sensualité. Et en définitive, Holmar lui-même se range à l’idée que certaines passions sont à proscrire.

Ce fut pour Hössli une grande déception. Il entreprit alors lui-même les longues recherches nécessaires à la rédaction de l’apologie de l’amour grec qu’il aurait souhaité pouvoir lire. Il acquit, en autodidacte, une énorme érudition et finit par publier en 1834, à Glaris, le premier tome de son Eros, die Männerliebe der Griechen.

Destin d’Eros, die Männerliebe der Griechen

Alors que le tome II de l’essai d’Hössli était en préparation, les autorités religieuses du canton de Glaris prononcèrent l’interdiction de la vente du premier tome dans le canton et interdirent la poursuite de l’impression du tome II.

Hössli acheva l’impression du tome II dans un canton voisin, à Saint Gall, où le livre parut en 1838.

La ville de Glaris fut frappée par un incendie les 10 et 11 mai 1861, et une partie de l’édition originale de l’Eros fut détruite dans un dépôt, ce qui explique sa grande rareté aujourd’hui.

Un troisième tome était en préparation, mais Hössli se sentit profondément découragé par les difficultés rencontrées ainsi que par le peu de retombées qu’avaient eu ses deux premiers ouvrages. Il pensa que seul un homme de la dimension de Platon pouvait modifier les préjugés du public à l’égard de l’amour grec.

Selon Manfred Herzer, éditeur scientifique de la réédition de l’œuvre d’Hössli dans la Bibliothèque Rosa Winkel, il est possible que Ferdinand Karsch-Haack (18531936), à qui nous devons tout ce que l’on sait sur Hössli, et qui se rendit en Suisse pour enquêter sur cet auteur, ait eu en mains le manuscrit du tome III. Ferdinand Karsch-Haack aurait emporté ce volume avec lui, mais on ignore ce que sont devenues à sa mort les archives de Karsch-Haack, le plus remarquable de tous les collaborateurs de l’Annuaire des échelons sexuels intermédiaires et du WHK.

Johann Ulrich, fils cadet de Heinrich Hössli

Johann Ulrich, né le 9 janvier 1814, fut associé très jeune au commerce de son père. Comme son frère aîné, il émigra aux États-Unis et traduisit son prénom en John. Très attaché à sa mère, il la fit venir aux États-Unis. Il partageait les goûts et les orientations sexuelles de son père. Lors d’un séjour à Glaris, il remarqua un garçon (Heinrich Rosenberger) qu’il emmena aux États-Unis et qu’il associa à son commerce. Ce garçon devint ensuite consul de Suisse à Galveston. John s’occupa également d’un adolescent américain de New York en finançant ses études et fit de lui un libraire.

John Hössli mourut en mer le 11 mai 1861, lors d’un voyage qui devait le ramener en Suisse. Une partie de son héritage est allée à deux institutions s’occupant d’enfants.

Œuvres

  • Eros : die Männerliebe der Griechen, ihre Beziehungen zur Geschichte, Erziehung, Literatur und Gesetzgebung aller Zeiten [L'amour entre hommes chez les Grecs, leur relation à l'histoire, l'éducation, la littérature et la législation à travers les âges]. Réimpression de l’édition de Glaris (tome 1, 1836, 344 p., ISBN 3-86149-056-0) et de celle de St. Gall (tome 2, 1838, 411 p., ISBN 3-86149-057-9), avec un volume additif consacré à la vie et l’œuvre de Heinrich Hössli préparé par Manfred Herzer (tome 3, 256 p., ISBN 3-86149-58-7). Ces trois volumes (au total 1011 pages) constituent les tomes 13 à 15 de la « Bibliothek Rosa Winkel ».
  • Hexenprozeß und Glauben, Pfaffen und Teufel (La sorcellerie et la foi, les prêtres et les démons). – Leipzig, 1892. – 80 p.

Bibliographie

  • Karsch-Haack, Ferdinand. Der Putzmacher von Glarus Heinrich Hössli, ein Vorkämpfer der Männerliebe : ein Lebensbild. – Leipzig : Max Spohr, 1903. [Nouv. éd. à New York : Arno Press, 1975.]
  • Meier, Pirmin. Mord, Philosophie und die Liebe der Männer : Franz Desgouttes und Heinrich Hössli – eine Parallelbiographie. – Zürich, 2001. – ISBN 3-86612-023-0

Lien externe

Notes et références

  1. « Hössli, Heinrich (1784-1864) » / Hubert Kennedy, in : glbtq : an encyclopedia of gay, lesbian, bisexual, transgender, and queer culture, 2003, version du 3 mars 2004.