Henry de Montherlant : Différence entre versions

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher
(m)
(m)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
Patriote sans être nationaliste, il décrit dans ''Le songe'' le courage et l’amitié des combattants. Dans les années 1930, il invite par de nombreux articles et ouvrages à intervenir contre l'Allemagne nazie (1936, puis 1938). ''L’équinoxe de septembre'' sera interdit par l’occupant. ''Le solstice de juin'', consacré à la bataille de France en mai-juin 1940, qu’il couvre comme reporter, lui vaudra la réputation de collaborateur et des ennuis à la Libération.
 
Patriote sans être nationaliste, il décrit dans ''Le songe'' le courage et l’amitié des combattants. Dans les années 1930, il invite par de nombreux articles et ouvrages à intervenir contre l'Allemagne nazie (1936, puis 1938). ''L’équinoxe de septembre'' sera interdit par l’occupant. ''Le solstice de juin'', consacré à la bataille de France en mai-juin 1940, qu’il couvre comme reporter, lui vaudra la réputation de collaborateur et des ennuis à la Libération.
  
En rupture avec la société contemporaine, cherchant à transcender les luttes partisanes, il se consacre depuis la Seconde Guerre mondiale à l’écriture de son théâtre. Il y peint la grandeur et la misère des hommes et des femmes d’honneur, tiraillés par leur passions, souvent trahis et perdus.  
+
En rupture avec la société contemporaine, cherchant à transcender les luttes partisanes, il se consacre depuis la Seconde Guerre mondiale à l’écriture de son théâtre. Il y peint la grandeur et la misère des hommes et des femmes d’honneur, tiraillés par leur passions, souvent trahis et perdus.
  
 
Durant la période de l’après-guerre, il est également l’auteur de nombreux dessins réalisés à la mine de plomb, des esquisses représentant tour à tour des scènes de tauromachie, des hommes en habits de lumière et quelques nus féminins ou masculins. Il renoncera cependant au dessin, expliquant que « tout ce qui n’est pas littérature ou plaisir est temps perdu ».
 
Durant la période de l’après-guerre, il est également l’auteur de nombreux dessins réalisés à la mine de plomb, des esquisses représentant tour à tour des scènes de tauromachie, des hommes en habits de lumière et quelques nus féminins ou masculins. Il renoncera cependant au dessin, expliquant que « tout ce qui n’est pas littérature ou plaisir est temps perdu ».
Ligne 29 : Ligne 29 :
 
==Montherlant et les garçons==
 
==Montherlant et les garçons==
  
Durant sa vie, Montherlant s’est toujours efforcé de minimiser les rapports autobiographiques que l’on pouvait supposer entre ses œuvres traitant ''des garçons'' et sa vie sentimentale. Cependant ce n’était un secret pour personne que son roman ''Les garçons'' reflétait assez précisément ses amours de jeunesse. Il s’en est d’ailleurs expliqué plus ouvertement (mais après sa mort) dans ses derniers écrits, par exemple dans ''Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?'' (publié en [[1973]]). ''Les garçons'' a été publié en [[1969]], mais des passages significatifs avaient été mis de côté et ne sont apparus que dans la version de La Pléiade (1982, ''Romans'', tome II).  
+
Durant sa vie, Montherlant s’est toujours efforcé de minimiser les rapports autobiographiques que l’on pouvait supposer entre ses œuvres traitant ''des garçons'' et sa vie sentimentale. Cependant ce n’était un secret pour personne que son roman ''Les garçons'' reflétait assez précisément ses amours de jeunesse. Il s’en est d’ailleurs expliqué plus ouvertement (mais après sa mort) dans ses derniers écrits, par exemple dans ''Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?'' (publié en [[1973]]). ''Les garçons'' a été publié en [[1969]], mais des passages significatifs avaient été mis de côté et ne sont apparus que dans la version de La Pléiade (1982, ''Romans'', tome II).
  
{{Citation bloc|Ils prirent un fiacre. Serge enleva sa casquette, mit ses pieds sur le petit strapontin de devant, et ainsi, à demi étendu, un peu recroquevillé, s’appuya sur Alban. Il était à sa gauche, et le bras de son camarade l’entourait et l’enserrait avec force, tandis qu’il s’installait à petits coups, inoubliablement... « Mon petit corps ! Mon petit corps ! »<br />
+
{{Citation bloc|Ils prirent un fiacre. Serge enleva sa casquette, mit ses pieds sur le petit strapontin de devant, et ainsi, à demi étendu, un peu recroquevillé, s’appuya sur Alban. Il était à sa gauche, et le bras de son camarade l’entourait et l’enserrait avec force, tandis qu’il s’installait à petits coups, inoubliablement… « Mon petit corps ! Mon petit corps ! »<br />
  
... Mais quand Alban commença de le baiser au visage et dans le cheveux, il eut d’abord, surpris peut-être par la violence de ces  baisers, peut-être par cette même obscurité qui enhardissait son partenaire, ou bien comme s’il ne voulait voir ce qui se passait, un réflexe de gosselot de neuf ans, tout frais en ces choses : cachant sa figure sur ses petit pattes tachées d’encre, tout de même qu’un boxeur se couvre, ou qu’un jeune chat croise ses pattes par-dessus la sienne, avec un fou rire, le petit rire saccadé, ininterrompu et bête, de quelqu’un qui est mal à l’aise. Et peu à peu, dans un absolu silence, les mains levées s’abaissèrent et le rire cessa. Alors il s’étira, se poussa, s’encoigna, s’installa encore un peu plus, et Alban le serrait toujours davantage contre soi, remontant ses mèches, dénudant ce front imprévu, grattant le sommet de sa  nuque, (mais quid de la célèbre bosse, révélatrice de lubricité infinie ? Rien, il faut le dire, rien...), découvrant un nouveau visage, qu’on ne connaissait pas, qui n’était qu’à lui seul, et que les lumières de l’avenue tantôt éclairaient, tantôt rejetaient dans l’ombre.  « J’aurai enfin vu tourné vers moi ce visage que je ne jamais vu tourné que vers ce qui n’est pas moi. » Et c’était, pour l’un et pour l’autre, la première fois des gestes qu’ils allaient recommencer toute leur vie.<br />
+
... Mais quand Alban commença de le baiser au visage et dans le cheveux, il eut d’abord, surpris peut-être par la violence de ces  baisers, peut-être par cette même obscurité qui enhardissait son partenaire, ou bien comme s’il ne voulait voir ce qui se passait, un réflexe de gosselot de neuf ans, tout frais en ces choses : cachant sa figure sur ses petit pattes tachées d’encre, tout de même qu’un boxeur se couvre, ou qu’un jeune chat croise ses pattes par-dessus la sienne, avec un fou rire, le petit rire saccadé, ininterrompu et bête, de quelqu’un qui est mal à l’aise. Et peu à peu, dans un absolu silence, les mains levées s’abaissèrent et le rire cessa. Alors il s’étira, se poussa, s’encoigna, s’installa encore un peu plus, et Alban le serrait toujours davantage contre soi, remontant ses mèches, dénudant ce front imprévu, grattant le sommet de sa  nuque, (mais quid de la célèbre bosse, révélatrice de lubricité infinie ? Rien, il faut le dire, rien…), découvrant un nouveau visage, qu’on ne connaissait pas, qui n’était qu’à lui seul, et que les lumières de l’avenue tantôt éclairaient, tantôt rejetaient dans l’ombre.  « J’aurai enfin vu tourné vers moi ce visage que je ne jamais vu tourné que vers ce qui n’est pas moi. » Et c’était, pour l’un et pour l’autre, la première fois des gestes qu’ils allaient recommencer toute leur vie.<br />
  
 
''Alban'' : Jamais je n’aurais cru que nous nous trouverions un jour dans cette situation.<br />
 
''Alban'' : Jamais je n’aurais cru que nous nous trouverions un jour dans cette situation.<br />
  
''Serge'' : Moi non plus, jamais ! Et dire qu’il y a quinze jours, tu m’as dit que je te dégoûtais...}}
+
''Serge'' : Moi non plus, jamais ! Et dire qu’il y a quinze jours, tu m’as dit que je te dégoûtais…}}
 
(''Les garçons'', La Pléiade, ''Romans II'', p. 550)
 
(''Les garçons'', La Pléiade, ''Romans II'', p. 550)
  
Ligne 48 : Ligne 48 :
 
** ''Le songe'' ([[1922]])
 
** ''Le songe'' ([[1922]])
 
** ''Les bestiaires'' ([[1926]])
 
** ''Les bestiaires'' ([[1926]])
** ''Les garçons'' ([[1969]])
+
** ''[[Les garçons (Henry de Montherlant)|Les garçons]]'' ([[1969]])
 
*''Les célibataires'' ([[1934]])
 
*''Les célibataires'' ([[1934]])
 
*Les jeunes filles :
 
*Les jeunes filles :
Ligne 56 : Ligne 56 :
 
** ''Les lépreuses'' ([[1939]])
 
** ''Les lépreuses'' ([[1939]])
 
*''Le chaos et la nuit'' ([[1963]])
 
*''Le chaos et la nuit'' ([[1963]])
* ''La Rose de sable'' ([[1968]])
+
* ''[[La Rose de sable (Henry de Montherlant)|La Rose de sable]]'' ([[1968]])
 
*''Un assassin est mon maître'' ([[1971]])
 
*''Un assassin est mon maître'' ([[1971]])
*''Thrasylle'' ([[1984]])
+
*''[[Thrasylle (Henry de Montherlant)|Thrasylle]]'' ([[1983]])
*''Moustique'' ([[1986]])
+
*''[[Moustique (Henry de Montherlant)|Moustique]]'' ([[1986]])
  
 
;Théâtre
 
;Théâtre
Ligne 65 : Ligne 65 :
 
*''[[Pasiphaé (Henry de Montherlant)|Pasiphaé]]'' ([[1936]])
 
*''[[Pasiphaé (Henry de Montherlant)|Pasiphaé]]'' ([[1936]])
 
*''[[La reine morte (Henry de Montherlant)|La reine morte]]'' ([[1942]])
 
*''[[La reine morte (Henry de Montherlant)|La reine morte]]'' ([[1942]])
*''Fils de personne'' ([[1943]])
+
*''[[Fils de personne (Henry de Montherlant)|Fils de personne]]'' ([[1943]])
 
*''Un incompris'' ([[1943]])
 
*''Un incompris'' ([[1943]])
*''Malatesta'' ([[1946]])
+
*''[[Malatesta (Henry de Montherlant)|Malatesta]]'' ([[1946]])
 
*''Le maître de Santiago'' ([[1947]])
 
*''Le maître de Santiago'' ([[1947]])
 
*''Demain il fera jour'' ([[1949]])
 
*''Demain il fera jour'' ([[1949]])
Ligne 83 : Ligne 83 :
 
** ''La petite infante de Castille'' ([[1929]])
 
** ''La petite infante de Castille'' ([[1929]])
 
** ''Un voyageur solitaire est un diable'' ([[1961]])
 
** ''Un voyageur solitaire est un diable'' ([[1961]])
*''Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?'' ([[1973]])
+
*''[[Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? (Henry de Montherlant)|Mais aimons-nous ceux que nous aimons ?]]'' ([[1973]])
 
*''Le fichier parisien'' ([[1974]])
 
*''Le fichier parisien'' ([[1974]])
 
*''Coups de soleil'' ([[1976]])
 
*''Coups de soleil'' ([[1976]])
Ligne 89 : Ligne 89 :
  
 
;Essais
 
;Essais
*''La relève du matin'' ([[1920]])
+
*''[[La relève du matin (Henry de Montherlant)|La relève du matin]]'' ([[1920]])
*''Les olympiques'' ([[1924]])
+
*''[[Les olympiques (Henry de Montherlant)|Les olympiques]]'' ([[1924]])
 
*''Mors et vita'' ([[1932]])
 
*''Mors et vita'' ([[1932]])
 
*''Service inutile'' ([[1935]])
 
*''Service inutile'' ([[1935]])
Ligne 109 : Ligne 109 :
  
 
;Poésie
 
;Poésie
*''Encore un instant de bonheur'' ([[1934]])
+
*''[[Encore un instant de bonheur (Henry de Montherlant)|Encore un instant de bonheur]]'' ([[1934]])
  
 
;Correspondance
 
;Correspondance
Ligne 124 : Ligne 124 :
 
Un collège dans la Somme porte le nom de Henry de Montherlant. Ce collège est situé au 125 rue de Paris, dans la commune de Neuilly-en-Thelle.
 
Un collège dans la Somme porte le nom de Henry de Montherlant. Ce collège est situé au 125 rue de Paris, dans la commune de Neuilly-en-Thelle.
  
== Annexes ==
+
== Voir aussi ==
 
=== Bibliographie ===
 
=== Bibliographie ===
  
Ligne 159 : Ligne 159 :
 
=== Illustrateurs ===
 
=== Illustrateurs ===
  
Certaines œuvres de Henry de Montherlant ont été publiés en éditions illustrées, qui peuvent atteindre des prix élevés aux enchères ou chez les libraires d’ancien,  comme ''Les jeunes filles'' illustrées par Mariette Lydis, ''La ville dont le prince est un enfant'' par Carrance, ''Les garçons'' par [[Édouard Georges Mac-Avoy]] ou d’autres par Cocteau, Pierre-Yves Trémois. À noter que l'édition illustrée des ''Garçons'' par Mac Avoy est la seule en texte intégral.
+
Certaines œuvres de Henry de Montherlant ont été publiés en éditions illustrées, qui peuvent atteindre des prix élevés aux enchères ou chez les libraires d’ancien,  comme ''Les jeunes filles'' illustrées par Mariette Lydis, ''La ville dont le prince est un enfant'' par Carrance, ''Les garçons'' par [[Édouard Georges Mac-Avoy]] ou d’autres par Cocteau, Pierre-Yves Trémois. À noter que l'édition illustrée des ''Garçons'' par Mac Avoy est la première en texte intégral.
  
==Notes et références==
+
===Articles connexes===
<references/>
+
  
===Sources===
+
*[[Henry de Montherlant (citations)]]
 
+
*[[Roger Peyrefitte]]
*La première version de cet article a été récupérée de Wikipédia [http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Henry_de_Montherlant&oldid=36506132 Henry de Montherlant], le 13-1-2009 (crédits : [http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Henry_de_Montherlant&action=history voir historique]).
+
  
 
=== Liens externes ===
 
=== Liens externes ===
Ligne 172 : Ligne 170 :
 
* [http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=617 Notice sur le site de l’Académie française]
 
* [http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=617 Notice sur le site de l’Académie française]
 
* [http://www.montherlant.be/ Actualités Europe - Site très complet sur H. de Montherlant]
 
* [http://www.montherlant.be/ Actualités Europe - Site très complet sur H. de Montherlant]
 +
 
====Transcriptions====
 
====Transcriptions====
  
Ligne 178 : Ligne 177 :
 
*En russe →&nbsp;&nbsp; Анри де Монтерлан
 
*En russe →&nbsp;&nbsp; Анри де Монтерлан
  
 +
===Sources===
 +
 +
*La première version de cet article a été récupérée de Wikipédia [http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Henry_de_Montherlant&oldid=36506132 Henry de Montherlant], le 13-1-2009 (crédits : [http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Henry_de_Montherlant&action=history voir historique]).
 +
 +
==Notes et références==
 +
<references/>
  
 
{{DEFAULTSORT:Montherlant, Henry de}}
 
{{DEFAULTSORT:Montherlant, Henry de}}
Ligne 184 : Ligne 189 :
 
[[Catégorie:Henry de Montherlant|*]]
 
[[Catégorie:Henry de Montherlant|*]]
 
[[Catégorie:Pédéraste français]]
 
[[Catégorie:Pédéraste français]]
[[Catégorie:Pédéraste dont le nom est donné à un collège français]]
+
[[Catégorie:Pédéraste dont le nom est donné à une école]]
  
 
[[de:Henry de Montherlant]]
 
[[de:Henry de Montherlant]]
 
[[en:Henry de Montherlant]]
 
[[en:Henry de Montherlant]]

Version actuelle en date du 20 juillet 2014 à 15:13

Henry de Montherlant, de son nom complet Henry Marie Joseph Frédéric Expedite Millon de Montherlant, né le 20 avril 1895 à Paris, décédé le 21 septembre 1972 à Paris, est un romancier, essayiste, auteur dramatique et académicien français.

Biographie

Issu d’une famille picarde appartenant à la bonne bourgeoisie,[1] Henry Millon de Montherlant envisage très tôt de faire œuvre d’écrivain. Ce sera d’abord l’expérience du journal intime (détruit à la fin de sa vie). Son père décédé, son éducation est laissée à la charge de sa mère qui lui donnera le goût de la littérature. Quo vadis ?, dont elle lui fait la lecture, marquera l’ensemble de sa vie et lui fournira les thèmes qu’il abordera tout au long de son œuvre (l’amitié, les taureaux, Rome et le suicide).

Son renvoi en 1912 du collège Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine lui fournit le thème de deux de ses œuvres, La ville dont le prince est un enfant (1951) et Les garçons (1969).

Nourri dans sa jeunesse par la lecture de Nietzsche et Barrès, il trouve un idéal dans le courage et les vertus antiques. Il torée en Espagne avant 1914. Durant la Première Guerre mondiale, il ne combat pas, mais est affecté (tardivement) au service auxiliaire, ce qui lui vaudra une blessure par éclats d’obus. Après la guerre, il devient secrétaire de l’Œuvre de l’Ossuaire de Douaumont. Dans les années 1920, il se tourne vers le sport, notamment l’athlétisme et le football, et fréquente les stades, où il renoue avec la fraternité des tranchées et s’exalte à la vue des corps des athlètes (cf. Les olympiques).

Admirateur des civilisations du bassin méditerranéen (Rome antique, Espagne, civilisation arabe), il y fait de nombreux voyages. Il vit même quelques années durant dans l’Algérie coloniale et cohabite un temps avec André Gide à Alger, dans les années 1930. Son œuvre intitulée La Rose de sable, où il dénonce les excès de la France coloniale, verra sa publication étalée sur une trentaine d’années jusqu'en 1968.

Montherlant se défie de l’amour et des femmes, avec lesquelles il est toujours sur la défensive. Il analyse la psychologie féminine dans les quatre romans qui forment le cycle romanesque des Jeunes filles, et qui seront vendus à des millions d'exemplaires grâce au public féminin.

Patriote sans être nationaliste, il décrit dans Le songe le courage et l’amitié des combattants. Dans les années 1930, il invite par de nombreux articles et ouvrages à intervenir contre l'Allemagne nazie (1936, puis 1938). L’équinoxe de septembre sera interdit par l’occupant. Le solstice de juin, consacré à la bataille de France en mai-juin 1940, qu’il couvre comme reporter, lui vaudra la réputation de collaborateur et des ennuis à la Libération.

En rupture avec la société contemporaine, cherchant à transcender les luttes partisanes, il se consacre depuis la Seconde Guerre mondiale à l’écriture de son théâtre. Il y peint la grandeur et la misère des hommes et des femmes d’honneur, tiraillés par leur passions, souvent trahis et perdus.

Durant la période de l’après-guerre, il est également l’auteur de nombreux dessins réalisés à la mine de plomb, des esquisses représentant tour à tour des scènes de tauromachie, des hommes en habits de lumière et quelques nus féminins ou masculins. Il renoncera cependant au dessin, expliquant que « tout ce qui n’est pas littérature ou plaisir est temps perdu ».

Fait rare, mais non pas unique dans l’histoire du Quai Conti, Montherlant est élu en 1960 à l’Académie française sans en avoir fait expressément la demande.

Devenant quasiment aveugle à la suite d’un accident, il se suicide le jeudi 21 septembre 1972 à son domicile du 25, quai Voltaire à Paris, conformément aux principes romains développés tout au long de son œuvre, « pour échapper à l’angoisse de devenir aveugle subitement ». De cette mort volontaire, Julien Green écrit quelques jours plus tard : « Ayant inventé un personnage tout de bravoure et d’éclat, Montherlant a fini par le prendre pour lui et s’y est conformé jusqu’à la fin. »[2]

Ses cendres sont dispersées à Rome, sur le Forum, entre les pierres du temple de Portunus (ou temple de la Fortune virile) et dans le Tibre, par Jean-Claude Barat, son héritier, et Gabriel Matzneff, son exécuteur testamentaire.

Comme le met en évidence Pierre Sipriot, son principal biographe, Montherlant durant sa vie s’est souvent avancé masqué, cultivant une forme de secret. Par exemple sur sa date de naissance, qu’il a falsifiée, se rajeunissant d’un an (il a, de plus, voulu naître le 21 avril, jour de la fondation de Rome et même l’Académie française s’y est perdue puisqu’elle donne dans sa notice officielle la date du 30 avril), ou dans le domaine de sa vie privée : il entretenait une double vie, comme l’a dévoilé son ami Roger Peyrefitte[3] avec qui il partageait une passion pour les adolescents. La révélation posthume de ces faits a grandement modifié l’image qui dominait à son sujet de son vivant, contraignant certains à renoncer à un Montherlant idéalisé, et d’autres à le relire de plus près.

Montherlant et les garçons

Durant sa vie, Montherlant s’est toujours efforcé de minimiser les rapports autobiographiques que l’on pouvait supposer entre ses œuvres traitant des garçons et sa vie sentimentale. Cependant ce n’était un secret pour personne que son roman Les garçons reflétait assez précisément ses amours de jeunesse. Il s’en est d’ailleurs expliqué plus ouvertement (mais après sa mort) dans ses derniers écrits, par exemple dans Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? (publié en 1973). Les garçons a été publié en 1969, mais des passages significatifs avaient été mis de côté et ne sont apparus que dans la version de La Pléiade (1982, Romans, tome II).

« Ils prirent un fiacre. Serge enleva sa casquette, mit ses pieds sur le petit strapontin de devant, et ainsi, à demi étendu, un peu recroquevillé, s’appuya sur Alban. Il était à sa gauche, et le bras de son camarade l’entourait et l’enserrait avec force, tandis qu’il s’installait à petits coups, inoubliablement… « Mon petit corps ! Mon petit corps ! »

... Mais quand Alban commença de le baiser au visage et dans le cheveux, il eut d’abord, surpris peut-être par la violence de ces baisers, peut-être par cette même obscurité qui enhardissait son partenaire, ou bien comme s’il ne voulait voir ce qui se passait, un réflexe de gosselot de neuf ans, tout frais en ces choses : cachant sa figure sur ses petit pattes tachées d’encre, tout de même qu’un boxeur se couvre, ou qu’un jeune chat croise ses pattes par-dessus la sienne, avec un fou rire, le petit rire saccadé, ininterrompu et bête, de quelqu’un qui est mal à l’aise. Et peu à peu, dans un absolu silence, les mains levées s’abaissèrent et le rire cessa. Alors il s’étira, se poussa, s’encoigna, s’installa encore un peu plus, et Alban le serrait toujours davantage contre soi, remontant ses mèches, dénudant ce front imprévu, grattant le sommet de sa nuque, (mais quid de la célèbre bosse, révélatrice de lubricité infinie ? Rien, il faut le dire, rien…), découvrant un nouveau visage, qu’on ne connaissait pas, qui n’était qu’à lui seul, et que les lumières de l’avenue tantôt éclairaient, tantôt rejetaient dans l’ombre. « J’aurai enfin vu tourné vers moi ce visage que je ne jamais vu tourné que vers ce qui n’est pas moi. » Et c’était, pour l’un et pour l’autre, la première fois des gestes qu’ils allaient recommencer toute leur vie.

Alban : Jamais je n’aurais cru que nous nous trouverions un jour dans cette situation.

Serge : Moi non plus, jamais ! Et dire qu’il y a quinze jours, tu m’as dit que je te dégoûtais…

»

(Les garçons, La Pléiade, Romans II, p. 550)

Œuvres

L’essentiel de son œuvre est disponible aux éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade (deux tomes de romans, un tome de théâtre, un tome d’essais).

Romans
Théâtre
Récits
Essais
  • La relève du matin (1920)
  • Les olympiques (1924)
  • Mors et vita (1932)
  • Service inutile (1935)
  • L’équinoxe de septembre (1938)
  • Le solstice de juin (1941)
  • Textes sous une occupation (1940-1944) (1963)
  • Discours de réception à l’Académie française et réponse du duc de Lévis Mirepoix (1963)
  • Le treizième César (1970)
  • La tragédie sans masque : notes de théâtre (1972)
  • Essais critiques (1995)
Carnets
  • Carnets 1934-1944 (1957)
  • Va jouer avec cette poussière (1958-1964) (1966)
  • La marée du soir (1968-1971) (1972)
  • Tous feux éteints (1965, 1966, 1967, 1972 et sans dates) (1975)
  • Garder tout en composant tout (Derniers carnets, 1924-1972) (2001)
Poésie
Correspondance
  • Henry de Montherlant, Roger Peyrefitte, Correspondance (1938-1941), présentation et notes de R. Peyrefitte et Pierre Sipriot, Robert Laffont, 1983.
  • Henry de Montherlant, Lettres à Michel de Saint-Pierre, préface de Michel de Saint-Pierre, Albin Michel, 1987.
  • Correspondance avec Philippe de Saint Robert.
Divers
  • Pages catholiques, recueillies et présentées par Marya Kasterska, Plon, 1947.
  • Dessins, préface de Pierre Sipriot, Copernic, 1979.

Anecdote

Un collège dans la Somme porte le nom de Henry de Montherlant. Ce collège est situé au 125 rue de Paris, dans la commune de Neuilly-en-Thelle.

Voir aussi

Bibliographie

  • Mathilde Pomès, Deux aspects de Montherlant, Paris, 1934.
  • J.-N. Faure-Biguet, Les enfances de Montherlant, Plon, 1941.
  • Michel de Saint-Pierre, Montherlant, bourreau de soi-même, Gallimard, 1949.
  • Jeanne Sandelion, Montherlant et les femmes, Plon, 1950.
  • Jean-Louis Curtis, « Montherlant ou La fureur du rien », in Haute École, Julliard, 1950.
  • Georges Bordonove, Henry de Montherlant, Éditions Universitaires, 1958.
  • Jean de Beer, Montherlant, homme encombré de Dieu, avec des commentaires de Henry de Montherlant, Flammarion, 1963.
  • John Cruickshank, Montherlant, Édimbourg, Londres, 1964.
  • André Blanc, Montherlant, un pessimisme heureux, Le Centurion, 1968.
  • Robert B. Johnson, Henry de Montherlant, New York, 1968.
  • André Blanc (dir.), Les critiques de notre temps et Montherlant, Garnier, 1973.
  • Lucile Becker, Montherlant : a critical biography, Londres, Amsterdam, 1970.
  • John Batchelor, Existence et imagination : essai sur le théâtre de Montherlant, Mercure de France, 1970.
  • Paule d’Arx, La femme dans le théâtre de Henry de Montherlant, Librairie A.-G. Nizet, 1973.
  • Pierre Sipriot, Montherlant par lui-même, Le Seuil, 1953 (nouv. éd., 1975).
  • Jacqueline Michel, L’aventure janséniste dans l’œuvre de Henry de Montherlant, Nizet, 1976.
  • Manuel Sito Alba, Montherlant et l’Espagne, Klincksieck, 1978.
  • Pierre Sipriot, Album Montherlant, Gallimard (La Pléiade), 1979.
  • Michel Raimond, Les romans de Montherlant, CDU-SEDES, 1982.
  • Pierre Sipriot, Montherlant sans masque, Robert Laffont, t. 1, L'Enfant prodigue, 1982, t. 2, Écris avec ton sang, 1990 (rééd. en un volume au Livre de Poche).
  • Pierre Duroisin, Montherlant et l’Antiquité, Les Belles Lettres, 1987.
  • Pierre Sipriot (dir.), Montherlant et le suicide, Éd. du Rocher, 1988.
  • Michel Mohrt, Montherlant, “homme libre”, La Table Ronde, 1989.
  • Philippe de Saint Robert, Montherlant ou La relève du soir, avec 93 lettres inédites, Les Belles Lettres, 1992.
  • Paule d'Arx, Henry de Montherlant ou Les chemins de l’exil, Librairie A.-G. Nizet, 1995.
  • André Blanc, L’esthétique de Montherlant, SEDES, 1995.
  • Romain Lancrey-Javal, Le langage dramatique de La reine morte, PUF, 1995.
  • Sabine Hillen, Le roman monologue : Montherlant, auteur, narrateur, acteur, Minard, 2002.
  • Philippe Alméras, Montherlant, une vie en double, Via Romana, 2009.

Illustrateurs

Certaines œuvres de Henry de Montherlant ont été publiés en éditions illustrées, qui peuvent atteindre des prix élevés aux enchères ou chez les libraires d’ancien, comme Les jeunes filles illustrées par Mariette Lydis, La ville dont le prince est un enfant par Carrance, Les garçons par Édouard Georges Mac-Avoy ou d’autres par Cocteau, Pierre-Yves Trémois. À noter que l'édition illustrée des Garçons par Mac Avoy est la première en texte intégral.

Articles connexes

Liens externes

Transcriptions

  • En arabe →   هنري دي مونترلان
  • En grec →   Ανρί ντε Μοντερλαν   ou   Ανρύ ντε Μοντερλάν
  • En russe →   Анри де Монтерлан

Sources

Notes et références

  1. La famille Millon, devenue Millon de Montherlant en 1864, par la voie gracieuse (adjonction de nom par l’autorité administrative), vit certains de ses membres adopter les qualifications réservées à ceux du second ordre, sous l’Ancien Régime, sans toutefois parvenir à s’y agréger, comme Montherlant l’a lui-même signalé. Cf. Philippe du Puy de Clinchamps, La noblesse, PUF, 1959. Cf. Pierre Sipriot, Montherlant sans masque, tome 1, p. 484-485. Cf. également, édité par Pierre Sipriot, l’Album Montherlant, Gallimard (La Pléiade), 1979. En revanche, selon les deux dernières sources, les origines nobles de la famille maternelle de l’écrivain sont incontestables.
  2. Cf. Julien Green, La bouteille à la mer, Journal, 1er octobre 1972.
  3. Voir Propos secrets (tome 1), Éd. Albin Michel, 1977.