Prêtre chrétien : Différence entre versions

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher
(Frère Joseph des Anges ou Trambouze)
(Correction du paragraphe sur "Tombeau pour cinq cent mille soldats")
 
Ligne 60 : Ligne 60 :
 
*L’abbé '''[[abbé de Pradts|de Pradts]]''', dans la pièce de théâtre ''[[La ville dont le prince est un enfant (Henry de Montherlant)|La ville dont le prince est un enfant]]'' ([[1951]]) et dans le roman ''[[Les garçons (Henry de Montherlant)|Les garçons]]'' ([[1969]]) d’[[Henry de Montherlant]]. Ce rôle a été joué entre autres par Michel Bouquet et Christophe Malavoy. Ce dernier réalisa en outre une adaptation cinématographique de la pièce et du roman sous le titre ''[[La ville dont le prince est un enfant (Christophe Malavoy)|La ville dont le prince est un enfant]]'' ([[1997]]).
 
*L’abbé '''[[abbé de Pradts|de Pradts]]''', dans la pièce de théâtre ''[[La ville dont le prince est un enfant (Henry de Montherlant)|La ville dont le prince est un enfant]]'' ([[1951]]) et dans le roman ''[[Les garçons (Henry de Montherlant)|Les garçons]]'' ([[1969]]) d’[[Henry de Montherlant]]. Ce rôle a été joué entre autres par Michel Bouquet et Christophe Malavoy. Ce dernier réalisa en outre une adaptation cinématographique de la pièce et du roman sous le titre ''[[La ville dont le prince est un enfant (Christophe Malavoy)|La ville dont le prince est un enfant]]'' ([[1997]]).
 
*Le curé du récit ''[[L’apprenti sorcier (François Augiéras)|L’apprenti sorcier]]'' ([[1964]]) de [[François Augiéras]].
 
*Le curé du récit ''[[L’apprenti sorcier (François Augiéras)|L’apprenti sorcier]]'' ([[1964]]) de [[François Augiéras]].
*Le cardinal, dans le roman ''[[Tombeau pour cinq cent mille soldats (Pierre Guyotat)|Tombeau pour cinq cent mille soldats]]'' ([[1967]]) de [[Pierre Guyotat]].
+
*Le prêtre qui possède le petit [[esclavage|esclave]] Aïssa, et le cardinal protecteur des [[castrat]]s, dans le roman ''[[Tombeau pour cinq cent mille soldats (Pierre Guyotat)|Tombeau pour cinq cent mille soldats]]'' ([[1967]]) de [[Pierre Guyotat]].
 
*L’oblat '''Romaric''', étudiant en théologie du {{s|XIII|e}}, est amoureux du jeune Tristan de Romont dans le [[roman historique]] de [[Francis Gruyer]] ''[[Les oubliés des nuits romanes (Francis Gruyer)|Les oubliés des nuits romanes]]'' ([[1977]]).
 
*L’oblat '''Romaric''', étudiant en théologie du {{s|XIII|e}}, est amoureux du jeune Tristan de Romont dans le [[roman historique]] de [[Francis Gruyer]] ''[[Les oubliés des nuits romanes (Francis Gruyer)|Les oubliés des nuits romanes]]'' ([[1977]]).
 
*Le père '''Albin''', dans le [[roman autobiographique]] ''[[Hervé (Maurice Balland)|Hervé]]'' (vers 1984) de [[Maurice Balland]].
 
*Le père '''Albin''', dans le [[roman autobiographique]] ''[[Hervé (Maurice Balland)|Hervé]]'' (vers 1984) de [[Maurice Balland]].

Version actuelle en date du 9 février 2020 à 18:16

Dans les Églises chrétiennes catholique, orthodoxe, anglicane et orientales, le prêtre est un homme qui a pour mission de célébrer le culte, ainsi que d’assurer la relation entre Dieu et les fidèles, en particulier par l’administration de certains sacrements.

Depuis le Xe siècle, les prêtres catholiques ont l’interdiction de se marier — ce qui ne fut pas toujours respecté. Ils font donc vœu de célibat, mais non de chasteté, sauf s’ils sont également moines. Cependant, la doctrine officielle considérant que tout acte sexuel hors mariage est un péché, il en résulte que les prêtres doivent théoriquement pratiquer une abstinence sexuelle totale.

On traitera ici principalement des prêtres, mais également d’autres ecclésiastiques chrétiens tels que moines, oblats et frères congréganistes.

Ecclésiastiques pédérastes ou pédophiles

Voir la liste d’ecclésiastiques pédérastes ou pédophiles

Les affaires de pédérastie ont toujours existé dans l’Église, en particulier dans les établissements d’enseignement (entre maîtres et élèves, ou entre élèves) ; dans les monastères (entre moines et oblats) ; et plus ordinairement dans les paroisses (par exemple entre prêtres et enfants de chœur).

Les chorales de garçons sont des structures particulièrement propices à de telles relations.

La Renaissance

À partir du XVe siècle, après la prise de Constantinople par les Ottomans (1453), la culture grecque classique se répand à nouveau en Europe occidentale. La redécouverte des écrits antiques, puis de la statuaire, suscite chez les personnes instruites un regain d’intérêt pour la pédérastie. C’est d’ailleurs à la Renaissance qu’apparaissent en français les termes hérités du grec « pédérastie » (1580, dans La démonomanie des sorciers de Jean Bodin) et « pédéraste » (1584, dans Les bigarrures du Seigneur des Accords).

Nombre d’ecclésiastiques, particulièrement en Italie, parmi les évêques, les cardinaux et même les papes, s’adonnent alors à l’amour des garçons, et financent des œuvres d’art d’inspiration pédérastique.

Ordres religieux

L’ordre religieux le plus renommé pour ses pratiques pédérastiques est celui des jésuites, qui tenait un grand nombre de collèges : depuis le pamphlet de Pierre Jarrige Les Jesuistes mis sur l’eschafaut (1648) jusqu’au roman Sébastien Roch, paru deux siècles et demi plus tard, cette réputation ne faiblit pas.

L’ordre des capucins venait souvent en second dans les accusations de pédérastie, dont les auteurs pouvaient être vraiment scandalisés, ou simplement moqueurs.

Les Frères des écoles chrétiennes, encore appellés Lasalliens, ignorantins ou « Frères Quatre Bras », ne sont ni prêtres ni moines, mais ils tiennent depuis le XVIIe siècle de nombreux établissements d’enseignement catholique. C’est la congrégation la plus souvent citée dans les affaires de mœurs.

Congréganistes contre laïcs

L’histoire de l’enseignement en France après la Révolution est marquée par une concurrence entre, d’une part, les écoles congréganistes, et d’autre part les petites écoles privées tenues par des instituteurs laïcs. Chaque scandale de mœurs qui affecte l’un des deux camps est alors exploité par l’autre pour tenter de rabaisser ses adversaires dans l’opinion publique.

Scandales médiatisés

La fin du XXe siècle voit se développer, à partir des pays anglo-saxons, une obsession antipédophile qui prend rapidement pour cible l’Église catholique. Ses responsables sont accusés de fermer les yeux sur les agissements d’ecclésiastiques amateurs de garçons.

Au lieu d’expliquer clairement et fermement que ces allégations sont fausses, qu’en réalité aucun péché sexuel n’est toléré, mais que le traitement des péchés par l’Église doit être avant tout religieux et pastoral, non policier ni judiciaire, le pape Benoît XVI et son successeur François se sont laissé entraîner dans des polémiques sans fin, à base de mises en cause personnelles et plus ou moins sensationnalistes, dont la médiatisation permanente dessert finalement l’Église quoi qu’elle fasse et quoi qu’elle dise.

Les fondamentalistes protestants et les anticléricaux ne peuvent que se réjouir de telles attaques, aussi efficaces qu’injustes. Les organisations mafieuses, mises en cause à la fois par la remise en ordre des finances du Vatican et par de sévères condamnations morales, y trouvent aussi leur compte.

Mis à part la maladresse des derniers papes, on peut penser que l’Église catholique paie aujourd’hui sa lourde responsabilité au cours de deux millénaires de puritanisme, c’est-à-dire de répression, parfois violente, de toutes les formes de sexualité hors mariage : homosexualité, pédérastie, pédophilie, masturbation, érotisme, etc. — toutes choses dont pourtant Jésus ne parle pas une seule fois dans les évangiles.

Ecclésiastiques de fiction

Un ecclésiastique porté sur l’amour des garçons est un sujet susceptible d’engendrer de nombreuses œuvres littéraires, puis cinématographiques, tant il y a motif à d’infinis développements psychologiques, sociologiques, dramatiques ou moraux. Or il apparaît que le nombre des romans et des films qui en traitent reste très limité.

Ceux que l’on recense ci-dessous sont classés dans l’ordre à peu près chronologique des œuvres :

Voir aussi

Études

Articles connexes