Discussion:Journée internationale de l’amour des garçons

De BoyWiki

Calcul de la date

En révisant le texte de cet article, j'ai pris conscience d'une bizarrerie dans la méthode utilisée pour déterminer la date de la JIAG.

Selon la formule actuelle de cet article, on prend « le 21 si ce jour tombe un samedi ; ou sinon, le premier samedi suivant cette date ».

Mais l'état précédent du texte, traduit de l'article anglais, disait : « les deux samedis qui suivent [...] les solstices d'été et d'hiver ».

Or ce n'est pas du tout la même chose !

  • D'abord parce que selon la deuxième formulation, la JIAG ne peut jamais tomber le jour du solstice, puisqu'il s'agit du samedi qui suit. A mon avis, il s'agit d'une erreur de rédaction, puisqu'à l'origine la JIAG était toujours célébrée le jour même du solstice.
  • Ensuite, le solstice tombe généralement le 21, mais pas toujours. Entre 1998 et 2030, il tombe 6 fois sur 33 le 20 juin (en 2008, 2012, 2016, 2020, 2024, 2028) ; et 11 fois sur 33 le 22 décembre (en 1998, 1999, 2002, 2003, 2006, 2007, 2011, 2015, 2019, 2023, 2027).

Conséquence de ce dernier point : si on applique la règle « le 21 ou le samedi qui suit » (beaucoup plus simple), on trouve 3 différences en 33 ans pour l'ensemble des deux solstices, par rapport à la règle « le solstice ou le samedi qui suit » : en décembre 2002 (le 21 au lieu du 28), en décembre 2019 (le 21 au lieu du 28), et en juin 2020 (le 27 au lieu du 20). Il y a donc 4,5 % de différences entre les deux méthodes (3 cas sur 66 occurences).

A noter que pour les 2 différences qui tombent en décembre, la date donnée par la règle « le 21 ou le samedi qui suit » est plus proche du solstice que celle donnée par la règle « le solstice ou le samedi qui suit ».

Prendre pour référence la date exacte du solstice pouvait s'expliquer lorsque la célébration avait lieu le jour même. Mais si elle a systématiquement lieu un samedi, donc avec une coïncidence approximative, ce souci d'exactitude astronomique ne se justifie plus. D'autant que rechercher la date précise du solstice est un peu compliqué (à l'extrême, celui de juin peut varier entre le 19 et le 22, et celui de décembre entre le 20 et le 23).

En conclusion, la règle « La JIAG est célébrée le 21 si ce jour tombe un samedi ; ou sinon, le premier samedi suivant cette date » est beaucoup plus simple à suivre. Elle aboutit dans 95,5 % des cas au même résultat que la règle basée sur le solstice réel ; et sur les 4,5 % de résultats différents, les 2/3 sont quand même plus proches du solstice réel.

Je propose donc que cette rédaction soit officiellement adoptée – après consultation des pédérastes anglophones et germanophones, bien sûr.

Caprineus 27 juin 2011 à 11:33 (GMT)

Suite à la bonne idée de Philadelphe, d'insérer un rappel de la JIAG dans tous les jours concernés du calendrier garçonnier, j'y ai ajouté le modèle permettant à ces mentions de figurer également sur les pages de mois, et j'ai continué avec les JIAG de décembre.
Comme à priori, et sauf exception, ces journées ne comportent pas d'événement précis, elles sont mieux à leur place dans la rubrique Célébrations que dans Evénements.
Depuis près d'un an, personne n'a réagi à mes remarques ci-dessus, concernant la fixation de la date. Pourtant l'erreur de rédaction des sites anglophones est incontestable (« les deux samedis qui suivent [...] les solstices d'été et d'hiver »). Et le mode de calcul basé sur la date réelle du solstice, au lieu du 21, reste très criticable.
Est-ce que quelqu'un parlant assez bien anglais pourrait aller présenter cette argumentation auprès des anglophones, pour solliciter l'avis de la communauté ? (sur un forum, plutôt que sur le BoyWiki anglais, bien peu actif.)
Caprineus 18 juin 2012 à 09:47 (GMT)
Etenne, l'animateur du site IBLD.net est actif en ce moment sur Boychat, aussi pour promouvoir la Journée Internationale de l'amour des garçons (messages/1301329.htm). Sur la page Mission de son site, on peut lire : « the celebration usually occurs on the Saturday on or immediately following each solstice. » c'est-à-dire que quand le solstice tombe un samedi, la fête a lieu ce jour-là. Sur le même site, la page « A brief history of IBLD » mentionne par deux fois le premier samedi après le solstice, une contradiction qu'il sera utile de signaler à Etenne.
Y-a-t-il des cas où le solstice tombe un samedi 19 ou 20 juin, ou un 20 décembre – s'agit-il du tiers des résultats différents moins proches du solstice réel ? Si ce n'est pas le cas, une règle du « 21 ou le samedi qui suit », telle que tu l'expliques, me semble plus simple.
Etenne a montré des signes d'agacement (messages/1301710.htm) quand quelqu'un a tenté de reprendre la discussion sur les dates ; la page JIAG de fr.boywiki reflète de longues discussions houleuses qu'il n'est sans doute pas pressé de reprendre. Il dit aussi que la solution actuelle résulte d'un consensus, est le résultat de longs efforts sur plusieurs forums. Il ne s'agit donc pas de convaincre une personne, mais un groupe mal défini et porteur de ce consensus.
Taka 20 juin 2012 à 22:17 (GMT)
Comme tu le rappelles, il y a sur le site d'Etenne deux formulations contradictoires pour la détermination de la date. Ce seul fait montre qu'il faut remettre la question sur le tapis, en s'efforçant d'en avoir une approche rationnelle et rigoureuse.
Oui, comme cela est dit plus haut, le solstice de juin « peut varier entre le 19 et le 22, et celui de décembre entre le 20 et le 23 » (données strictement astronomiques, vérifiables en particulier sur Wikipédia).
À noter que la règle « le 21 si ce jour tombe un samedi ; ou sinon, le premier samedi suivant cette date » peut s'exprimer aussi d'une autre manière, peut-être plus appropriée parce que plus simple : « le premier samedi qui suit le 20 ».
Au total, cette règle révisée est donc :
  • plus simple
  • plus facile à appliquer sans recherche spécialisée
  • globalement plus exacte – le résultat s'avérant identique dans 95,5 % des cas, plus exact dans 3 % des cas, et moins exact dans seulement 1,5 % des cas.
Il me semble que le principal objet de controverse chez les anglophones avait été de savoir s'il fallait prendre le jour du solstice lui-même ou un samedi proche. C'est le second choix qui a été fait, et la nouvelle formulation ne le remet pas en cause.
De toute façon, on a jusqu'en décembre 2019 pour trouver un consensus, puisque ce n'est qu'à cette date qu'une divergence réelle de date se manifestera entre l'ancienne et la nouvelle formulation…
Caprineus 21 juin 2012 à 14:30 (GMT)
Merci de m'avoir signalé cette discussion. J'ai posté une traduction de ces arguments sous un post d'Etenne sur Boychat.
https://www.boychat.org/messages/1303523.htm
Bron 23 juin 2012 à 17:44 (GMT)
I am impressed Je suis impressionné par la clarté de tes explications dans la langue de Bill Gates Shakespeare, malgré la nécessaire longueur du propos et la relative complexité du sujet. Tu n'as oublié aucun argument. On attend avec impatience la réaction, non seulement d'Etenne, mais des autres anglophones (d'ailleurs, pour ceux d'entre eux qui parlent la langue de Molière Peyrefitte, tu pourrais ajouter un lien vers la présente page – ça leur montrera qu'ici on travaille d'arrache-pied à illustrer la culture garçonnière, ce qui suscitera peut-être des vocations pour le BoyWiki en anglais…).
Caprineus 23 juin 2012 à 21:26 (GMT)