Gabriel Matzneff

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher

Gabriel Matzneff (né le 12 août 1936 à Neuilly-sur-Seine) est un écrivain français d’origine russe.

Biographie

Gabriel Matzneff est issu d’une famille russe émigrée en France après la Révolution de 1917. Ses parents divorceront dans sa prime enfance, et ses premières années seront assez chaotiques, entre tensions familiales et Seconde Guerre mondiale.

Cependant, il évolue dès son plus jeune âge dans le milieu raffiné et cultivé des Russes blancs de Paris, où religion et littérature nourrissent également les esprits. Il demeurera pétri de cet esprit particulier, et y fera référence à de nombreuses reprises dans son œuvre, particulièrement dans ses trois premiers romans.

En 1954 il est à la Sorbonne, en Lettres classiques. Il suivra également des cours de russe aux Langues orientales.

En 1957, il rencontre Henry de Montherlant, dont il demeurera un fidèle et un intime, malgré des brouilles intermittentes, jusqu’au suicide de ce dernier en 1972.

Commentaires

On peut retrouver un certain nombre de thèmes récurrents dans son œuvre :

  • Le libertinage et l’amour des jeunes personnes, ce qui lui a valu des accusations d’apologie de la pédophilie[1] (notamment dans le contexte de la fin des années 1990), bien qu’il ne revendique que des amours partagées avec des jeunes filles et des jeunes garçons pubères — le « troisième sexe » définit pour lui « les filles ou les garçons à partir de dix ans » (et de moins de seize ans, comme le suggère le titre de son ouvrage Les moins de seize ans).
  • Le mysticisme et la référence au culte orthodoxe, au jansénisme.
  • Les références à l’Antiquité, au suicide et à son amitié avec Henry de Montherlant (des cendres duquel il parsema le Forum de Rome le 21 mars 1973).
  • Un certain dandysme, un goût pour le dilettantisme et les voyages.

Gabriel Matzneff a exposé dans plusieurs livres ses goûts pour les « jeunes personnes », garçons et filles mineurs mais généralement pubères, qui ont à diverses occasions pu partager son lit. Déjà provocantes à l’époque de leur parution, à la fin des années 1970, ces confessions sont devenues scandaleuses dans les années qui ont suivi, durant lesquelles la question de la pédophilie a été de plus en plus médiatisée.

En 1982, il a été impliqué à tort dans l’affaire du Coral, ce qui provoqua son renvoi du journal Le Monde.[2] Puis il fut attaqué dans des émissions littéraires, notamment par la journaliste québécoise Denise Bombardier au cours d’une émission de Bernard Pivot. Devenu une personnalité « sulfureuse », il n’apparaît presque plus sur la scène médiatique mais continue à publier.

Il fut parmi les sept cents invités de l’archevêché de Paris, pour représenter le monde de la culture à la conférence papale de Benoît XVI en 2008, au collège des Bernardins.[3]

Œuvres

Articles

  • Tout au long de sa carrière, Gabriel Matzneff a collaboré à de nombreux organes de presse, de couleurs politiques fort diverses, preuve de sa grande liberté d'esprit : Combat, Aux Écoutes, Notre République, La Nation Française, Éléments, Pariscope, Les Nouvelles Littéraires, Matulu, Le Nouvel Adam, Le Quotidien de Paris, Le Figaro, Le Monde, Impact Médecin, La Revue des Deux Mondes, Newmen, L’Idiot International, Le Choc du Mois. On peut aujourd’hui le lire dans La Revue Littéraire, L’Indépendance, Le Point et La Presse Littéraire.

Journaux intimes

  • Cette camisole de flammes (Journal 1953-1962), Paris, La Table Ronde, 1976
  • L’archange aux pieds fourchus (Journal 1963-64), Paris, La Table Ronde
  • Vénus et Junon (Journal 1965-1969), Paris, La Table Ronde, 1979
  • Élie et Phaéton (Journal 1970-1973), Paris, La Table Ronde, 1991 (ISBN 2-7103-0470-8)
  • La passion Francesca (Journal 1974-1976), [Paris], Gallimard
  • Un galop d’enfer (Journal 1977-1978), Paris, La Table Ronde, 1985 (ISBN 2-7103-0250-0)
  • Les soleils révolus (Journal 1979-1982)
  • Mes amours décomposés (Journal 1983-1984), [Paris], Gallimard, 1990 (ISBN 2-07-071802-6)
  • Calamity Gab (Journal 1985-1986)
  • La prunelle de mes yeux (Journal 1986-1987), [Paris], Gallimard
  • Les demoiselles du Taranne (Journal 1988)

Romans

Essais

  • Le défi, Paris, La Table Ronde, 1965 ; nouv. éd. rev. et augm. en 1977
  • La caracole : pamphlet, 1969
  • Les moins de seize ans, Paris, Julliard, 1974
  • Les passions schismatiques, Paris, Stock, 1977 (ISBN 2-234-00771-2)
  • La diététique de Lord Byron, Paris, La Table Ronde, 1984 (ISBN 2-7103-0185-7)
  • Le sabre de Didi (éd. rev. et augm. de La caracole), Paris, La Table Ronde, 1986
  • Le taureau de Phalaris : dictionnaire philosophique, Paris, La Table Ronde, 1987 (ISBN 2-7103-0313-2) ; rééd. La petite vermillon
  • Maîtres et complices, Jean-Claude Lattès, 1994 (ISBN 2-7096-1485-5) ; rééd. La petite vermillon
  • Le dîner des mousquetaires, Paris, La Table Ronde, 1995 (ISBN 2-7103-0686-7)
  • De la rupture, Payot, 1997
  • C’est la gloire, Pierre-François !, 2002
  • Yogourt et yoga, 2004
  • Vous avez dit métèque ?, 2008
  • Séraphin, c’est la fin !, Paris, La Table Ronde, 2013 (prix Renaudot de l’essai)

Récits

  • Comme le feu mêlé d’aromates : récit, Paris, La Table Ronde, 1969
  • Le carnet arabe, Paris, La Table Ronde, 1971 ; rééd. La petite vermillon
  • Boulevard Saint-Germain, Monaco, Éd. du Rocher, 1998

Poèmes

  • Douze poèmes pour Francesca, 1978
  • Super Flumina Babylonis, 2000

Notes et références

  1. Michel Onfray, dans l’article « L’archevêque aime les pédophiles » parle de « … notre Renan postmoderne, du pédophile revendiqué Gabriel Matzneff ».
  2. Source : entretien de Gabriel Matzneff avec Antoine Perrucho, paru en 1982 dans l’hebdomadaire Gai Pied, reproduit sur le site www.matzneff.com.
  3. Le Monde, 12 septembre 2008.

Source

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes