Modèle:Citation longue

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher
Utilisation

Présentation d'un extrait long ou texte complet (attention à la limite théorique des 32 Ko par page).

Syntaxe
{{Citation longue [|reftype= ] [|refstart= ] [|refnotes={{ref1}}{{ref2}}...] [|titre=] [|sanslien=] | 1=texte }}
Paramètres
  • titre= : titre qui apparaitra au format ==titre== (optionnel)
  • refnotes= : liste des notes et références (optionnel). Chaque note élémentaire est formatée par {{refnote}}.
  • refstart= : valeur numérique de début de numérotation des notes en bas de page (optionnel, par défaut=1).
  • reftype= : type de numérotation des notes en bas de page (optionnel)
type=1 : chiffres
type=I : chiffres romains majuscules
type=i : chiffres romains minuscules
type=A : lettres majuscules
par défaut : lettres minuscules
  • sanslien=x : le texte ne contient pas de lien, indique que le bouton Montrer/Masquer les liens ne doit pas être géré (optionnel).
  • fonte=sans : texte en fonte sans sérif (optionnel).
Exemples
  • {{Citation longue|titre=Chapitre VI |Dans les hauts quartiers neufs de Rome, entre le Pincio et le Quirinal, des maisons achevées d’hier, neuves et presque délabrées, dont les boutiques demeurent closes, forment des rues désertes où le luxe impuissant lutte contre la misère. Et l’uniforme teinte ocre jaune de ces taudis tout neufs, même lavée de soleil, ne parvient pas à en dissiper l’aspect dépenaillé.<br>Pierre et Jean longent des trottoirs où des femmes aux cheveux noirs, aux regards durs, aux traits rudes allaitent leurs marmots. Leurs marmots qui ont déjà ces larges yeux bruns par quoi les mioches de par ici deviennent, dès treize ans, de si plaisants gamins.<br>(...)}}


Chapitre VI

Dans les hauts quartiers neufs de Rome, entre le Pincio et le Quirinal, des maisons achevées d’hier, neuves et presque délabrées, dont les boutiques demeurent closes, forment des rues désertes où le luxe impuissant lutte contre la misère. Et l’uniforme teinte ocre jaune de ces taudis tout neufs, même lavée de soleil, ne parvient pas à en dissiper l’aspect dépenaillé.
Pierre et Jean longent des trottoirs où des femmes aux cheveux noirs, aux regards durs, aux traits rudes allaitent leurs marmots. Leurs marmots qui ont déjà ces larges yeux bruns par quoi les mioches de par ici deviennent, dès treize ans, de si plaisants gamins.
(...)


  • Avec notes :

{{Citation longue|refnotes={{refnote|a|texte de la note a}}{{refnote|b|note b}}|titre=Chapitre VI |Dans les hauts quartiers neufs de Rome, entre le Pincio et le Quirinal, des maisons achevées d’hier, neuves et presque délabrées, dont les boutiques demeurent closes, forment des rues désertes où le luxe impuissant lutte contre la misère{{refnote|a}}. Et l’uniforme teinte ocre jaune de ces taudis tout neufs, même lavée de soleil, ne parvient pas à en dissiper l’aspect dépenaillé.<br>Pierre et Jean longent des trottoirs où des femmes aux cheveux noirs, aux regards durs, aux traits rudes allaitent leurs marmots. Leurs marmots qui ont déjà ces larges yeux bruns par quoi les mioches de par ici deviennent, dès treize ans, de si plaisants gamins{{refnote|b}}.<br>(...)}}


Chapitre VI

Dans les hauts quartiers neufs de Rome, entre le Pincio et le Quirinal, des maisons achevées d’hier, neuves et presque délabrées, dont les boutiques demeurent closes, forment des rues désertes où le luxe impuissant lutte contre la misèrea. Et l’uniforme teinte ocre jaune de ces taudis tout neufs, même lavée de soleil, ne parvient pas à en dissiper l’aspect dépenaillé.
Pierre et Jean longent des trottoirs où des femmes aux cheveux noirs, aux regards durs, aux traits rudes allaitent leurs marmots. Leurs marmots qui ont déjà ces larges yeux bruns par quoi les mioches de par ici deviennent, dès treize ans, de si plaisants gaminsb.
(...)


  1. texte de la note a
  2. note b


Voir aussi

{{Bandeau citation}}