Dictionnaire des sciences médicales (Panckoucke) : Différence entre versions

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher
(Modification de la présentation des liens vers les articles, plus claire et plus logique)
(Reydellet > Pierre Reydellet)
 
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
|[[Masturbation (Fournier, Bégin)|'''{{Petites capitales|masturbation}}'''   par Fournier et Bégin, 1819 (t. 31, p. 100-135)]]
 
|[[Masturbation (Fournier, Bégin)|'''{{Petites capitales|masturbation}}'''   par Fournier et Bégin, 1819 (t. 31, p. 100-135)]]
 
|------------------
 
|------------------
|[[Pédérastie (Reydellet)|'''{{Petites capitales|pédérastie}}'''   par Reydellet, 1819 (t. 40, p. 37-45)]]
+
|[[Pédérastie (Pierre Reydellet)|'''{{Petites capitales|pédérastie}}'''   par Pierre Reydellet, 1819 (t. 40, p. 37-45)]]
 
|------------------
 
|------------------
 
|[[Puberté (Reydellet)|'''{{Petites capitales|puberté}}'''   par Polinière, 1820 (t. 46, p. 32-64)]]
 
|[[Puberté (Reydellet)|'''{{Petites capitales|puberté}}'''   par Polinière, 1820 (t. 46, p. 32-64)]]

Version actuelle en date du 9 février 2020 à 12:54

Le Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, publié par l’éditeur parisien C. L. F. Panckoucke de 1812 à 1822, comporte soixante volumes dont les articles ont été rédigés par une centaine de spécialistes.

On y trouve des noms aussi célèbres que Cuvier, Itard, Kéraudren, Laennec et Orfila.

Des savants et du puritanisme

La lecture des articles concernant la masturbation, la pédérastie et la sodomie est assurément, deux siècles plus tard, une occasion de rire. Cependant, il faut garder en tête que la société française, au début du XIXe siècle, était l’une des plus avancées de son époque ; et que les auteurs d’un tel ouvrage étaient de véritables savants, fort instruits et expérimentés. Les extraordinaires erreurs de jugement qu’ils profèrent avec aplomb, voire avec d’habiles démonstrations, n’ont pas pour origine un défaut d’intelligence ou de connaissances ; mais bien plutôt un conformisme social très perméable aux préjugés, à un « air du temps » auquel on n’ose se dérober, et une étroitesse d’esprit qui empêche d’en voir l’inanité.

Il est particulièrement intéressant de détecter dans ces discours les erreurs méthodologiques qui permettent de construire, ou de confirmer, une image fantasmée de certaines « perversions » sexuelles :

  • l’ignorance de la réalité vécue par la plupart des intéressés ;
  • la concentration sur les cas problématiques, et la méconnaissance de ceux, beaucoup plus nombreux, qui ne le sont pas (puisqu’un médecin, de par son état, ne voit guère que des malades) ;
  • les références à des cas tout à fait exceptionnels, auxquels on attribue néanmoins une valeur générale ;
  • la fréquente confusion entre les causes et les effets ;
  • le mélange des genres, particulièrement entre science et morale ;
  • sans compter, parfois, un intérêt personnel pour des pratiques qu’on réprouve hautement, mais dont on se plaît à parler.

Ces inepties, savamment distillées par d’incontestables autorités, ont marqué la sexologie jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Elles ont empoisonné l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte de millions de personnes, accusées de méfaits imaginaires et « soignées » de manière souvent cruelle pour des maladies qui n’en étaient pas.

Peut-on comparer ces fantasmes scientifiques de naguère — notamment ceux qui concernaient la masturbation — avec les doctes avis antipédophiles énoncées de nos jours, sans plus de preuves scientifiques, mais avec autant de virulence, par des « experts » comme les docteurs Roland Coutanceau ou Tony Anatrella ?…

Texte intégral d’articles

masturbation   par Fournier et Bégin, 1819 (t. 31, p. 100-135)
pédérastie   par Pierre Reydellet, 1819 (t. 40, p. 37-45)
puberté   par Polinière, 1820 (t. 46, p. 32-64)
sodomie   par Fournier Pescay, 1821 (t. 51, p. 441-448)

Voir aussi

Bibliographie

  • Dictionnaire des sciences médicales / par une société de médecins et de chirurgiens : MM. Alard, Alibert, Barbier, Bayle, Biett, Boyer, Cadet de Gassicourt, Cayol, Chaumeton, Chaussier, Cullerier, Cuvier, Delpech, Dubois, Flamant, Fournier, Gall, Gardien, Geoffroy, Guersent, Guilbert, Hallé, Heurteloup, Husson, Itard, Jourdan, Keraudren, Laennec, Landré-Beauvais, Larrey, Lerminier, Lullier-Winslow, Marc, Marjolin, Mouton, Murat, Nacquart, Nysten, Pariset, Petit, Pinel, Renauldin, Richerand, Roux, Royer-Collard, Savary, Spurzheim, Tollard, Virey. – Paris : C. L. F. Panckoucke, 1812-1822. – 60 vol. ; in-8°.
    À la liste des auteurs ci-dessus, publiée dans le tome 1, s’ajoutent au cours des années d’autres noms : Adelon, Bégin, Bérard, Breschet, Bricheteau, Chamberet, Cloquet, Coste, De Lens, Delpit, Demours, De Villiers, Esquirol, Fodéré, Friedlander, Guillié, Hébréard, Laurent, Legallois, Loiseleur-Deslongchamps, Louyer-Willermay, Marquis, Maygrier, Mérat, Montfalcon, Montegre, Nachet, Orfila, Patissier, Pelletan, Percy, Piorry, Renauldin, Reydellet, Ribes, Rullier, Sédillot, Thillaye fils, Tourdes, Vaidy, Villeneuve, Villermé.

Articles connexes

Notes et références