Antipédophilisme

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher

L’antipédophilisme est un complexe idéologique tendant à dévaloriser la pédophilie et les pédophiles. C’est aussi l’ensemble des actions menées dans cette optique.

Vocabulaire

Variantes

On dit aussi anti-pédophilie ou antipédophilie.

Anti

Le préfixe anti signifie « opposé à ». Par extension, il forme un mot qualifiant une personne opposée aux thèses, aux goûts ou aux pratiques des pédophiles.

Il existe de nombreuses variations dans les sentiments ressentis par les pédophiles, dans les thèses qu’ils défendent et dans leurs pratiques. Par conséquent, la caractérisation d’une personne comme « anti » ou non est variable d’un interlocuteur à l’autre. Ainsi, pour certains, les antis sont les gens opposés aux relations sexuelles entre un adulte et un mineur ; pour d’autres, la définition est plus large, qualifiant ceux qui reprochent jusqu’à leurs désirs, voire leur existence, aux pédophiles. À l’extrême, cela peut même englober tous les non-pédophiles.

Structures

L’opposition à la pédophilie, et dans une moindre mesure à la pédérastie au sens strict, a connu un fort développement en Europe occidentale à partir du dernier quart du XXe siècle. Par conséquent, le nombre d’organismes et d’individus antipédophiles a fortement augmenté. Cette augmentation quantitative s’est accompagnée d’un développement du niveau d’organisation et des moyens utilisés.

Institutions publiques

Reflets plus ou moins approximatifs de l’opinion générale, les institutions publiques ont vu leurs moyens de répression des pédophiles se développer au cours de la même période. Ainsi, l’arsenal législatif s’est développé par :

De même, les moyens de la police ont également été renforcés dans ce domaine (création d’unités spéciales de lutte contre la pédopornographie, renforcement des brigades de protection des mineurs…).

Dans certains pays, l’identité et le lieu de résidence des délinquants sexuels libérés sont librement accessibles à la population.[3] Cette exposition publique, dans son principe comme dans ses effets, est de même nature que l’obligation faite aux juifs de porter une étoile jaune sous le IIIe Reich.

Associations

De nombreuses associations ayant pour but la lutte contre toute forme de contacts sexuels entre mineurs et majeurs, y compris lorsqu’ils sont désirés ou recherchés par l’enfant ou l’adolescent lui-même, ont été créées au cours des années 1990 et 2000. De plus en plus souvent, ces associations visent davantage à nuire aux pédophiles qu’à protéger réellement les intérêts de l’enfant, même si elles prétendent faire l’un au nom de l’autre.

Internet

De nombreux sites internet répandent un discours inspiré par l’idéologie antipédophile. On en trouvera quelques-uns ci-dessous, classés par langue.

Attention ! Il convient de se protéger pour visiter de tels sites, et en particulier de masquer son IP en utilisant un anonymiseur.

Sites en anglais

Sites en français

Actions individuelles

Les thèses de l’antipédophilisme ont été tellement médiatisées et banalisées que de nombreux particuliers n’hésitent plus tenter de nuire aux pédophiles, quoi que ces derniers aient pu faire ou non. Les actions les plus fréquentes sont les attaques informatiques (spam, virus, etc.) contre les ressources pédophiliques en ligne ; mais elles peuvent comprendre également des manœuvres de harcèlement contre des personnes soupçonnées d’être pédophiles — éventuellement à tort. Les conséquences de telles attaques sont parfois dramatiques.

Bien que ces actions soient le plus souvent illégales, la croyance de servir une cause juste, et le peu d’empressement des autorités à les sanctionner, encourage l’activité de cette catégorie d’opposants, qu’on qualifie parfois ironiquement de « chevaliers blancs ».

Motivations psychologiques

Christian Mormont, docteur en psychologie clinique, professeur honoraire à l’Université de Liège, affirme à propos de la pédophilie, dans une interview donnée à La Dernière Heure le 28 juin 2013 : « Je ne défends pas du tout ce genre de chose. Je n’y suis pas favorable. » Ces réticences ne l’empêchent pas de mettre en lumière l’hypocrisie de nombreux antipédophiles et certaines de leurs motivations profondes :

« Dans le domaine de la pédophilie et des délits sexuels, un bon nombre de gens jouissent par délits interposés. […] Une des meilleures façons de se défendre de son trouble, c’est de condamner les autres. Les puritains, ce sont les plus grands obsédés sexuels au monde, il faut bien le dire. C’est vrai aussi pour la pédophilie. Vous savez comme moi que parmi les gens se trouvant au premier rang de la marche blanche, on a tout de même détecté des vrais pédophiles. C’est assez classique. On se défend contre des choses qu’on a en soi en condamnant les autres.[4] »

Thèses antipédophiles

Impossibilité du consentement du mineur

Conséquences psychologiques à long terme

Sémantique antipédophile

Comme c’est souvent le cas avec les idéologies, l’antipédophilisme utilise des mots particuliers, ou encore des significations détournées de leur sens originel et généralement dépréciatives, pour expliquer et justifier ses thèses. On peut en dresser un tableau non exhaustif :

Expression neutre Termes antipédophiles Exemples
sexualité interdite perversion
influence emprise
contact sexuel illégal abus sexuel
relation sexuelle avec un mineur viol
partenaire mineur victime
dénonciation libération de la parole
opposition, contradiction déni
érotisme juvénile pédopornographie

Ainsi de nombreux termes utilisés par l’antipédophilisme pour donner à son discours une apparence sérieuse, voire scientifique, sont affectés d’un biais, où une analyse fine dévoilera au contraire un complet détournement sémantique.

Notes et références

  1. Cf. l’article 227-23 du code pénal français, consultable sur legifrance.gouv.fr.
  2. Cette évolution est indépendante du sexe des personnes en cause : la pédophilie hétérosexuelle n’est pas moins lourdement sanctionnée que la pédophilie homosexuelle.
  3. Cf. l’article de Loïc Wacquant dans le Monde Diplomatique (décembre 1999) : « Traque des ex-délinquants sexuels aux Etats-Unis : toujours plus de délation ».
  4. Interview de Christian Mormont par Didier Haine (La Dernière Heure, 28 juin 2013) : « Un docteur en psychologie clinique : "Ce n’est franchement pas nouveau" ».