Différences entre les versions de « Roger Peyrefitte (citations) »

De BoyWiki
(Citations de Jeunes proies)
(2 citations de "L’exilé de Capri")
 
(8 versions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''[[Roger Peyrefitte]]''' est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages principaux et de nombreux textes secondaires, toutes œuvres dont sont extraites les '''citations''' ci-dessous.
'''[[Roger Peyrefitte]]''' est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages principaux et de nombreux textes secondaires, toutes œuvres dont sont extraites les '''[[citations dans BoyWiki|citations]]''' ci-dessous.


Dans chaque catégorie, les œuvres sont classées par ordre chronologique.
Dans chaque catégorie, les œuvres sont classées par ordre chronologique.
Ligne 10 : Ligne 10 :


{{Extrait|id=6975223|{{personnage|Armel de Murville}} :<br>Il y a des amours précieuses et rares, comme il y en a de vulgaires.
{{Extrait|id=6975223|{{personnage|Armel de Murville}} :<br>Il y a des amours précieuses et rares, comme il y en a de vulgaires.
{{Réf Livre|titre=Mademoiselle de Murville|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Jean Vignaud|année=1947|page=96}}}}
{{Réf Livre|titre=Mademoiselle de Murville|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Jean Vignaud|année=1947|page=96}}}}
 
{{Extrait|id=3708630|{{personnage|Armel de Murville}} :<br>Tout le monde est fait pour l’amour : on n’a vécu que si l’on a aimé.
{{Extrait|id=3708630|{{personnage|Armel de Murville}} :<br>Tout le monde est fait pour l’amour : on n’a vécu que si l’on a aimé.
{{Réf Livre|titre=Mademoiselle de Murville|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Jean Vignaud|année=1947|page=112}}}}
{{Réf Livre|titre=Mademoiselle de Murville|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Jean Vignaud|année=1947|page=112}}}}


===''[[L’oracle]]'' ([[1948]])===
===''[[L’oracle (Roger Peyrefitte)|L’oracle]]'' ([[1948]])===
→ Voir à la page [[L’oracle (citations)]]
→ Voir à la page [[L’oracle (citations)]]


===''[[Les ambassades]]'' ([[1951]])===
===''[[Les ambassades (Roger Peyrefitte)|Les ambassades]]'' ([[1951]])===
→ Voir à la page [[Les ambassades (citations)]]
→ Voir à la page [[Les ambassades (citations)]]


===''[[La fin des ambassades]]'' ([[1953]])===
===''[[La fin des ambassades (Roger Peyrefitte)|La fin des ambassades]]'' ([[1953]])===


===''[[Les clés de saint Pierre]]'' ([[1955]])===
===''[[Les clés de saint Pierre (Roger Peyrefitte)|Les clés de saint Pierre]]'' ([[1955]])===


===''Chevaliers de Malte'' ([[1957]])===
===''Chevaliers de Malte'' ([[1957]])===
Ligne 28 : Ligne 29 :
===''Les Fils de la Lumière'' ([[1961]])===
===''Les Fils de la Lumière'' ([[1961]])===


===''[[Les juifs]]'' ([[1965]])===
===''[[Les juifs (Roger Peyrefitte)|Les juifs]]'' ([[1965]])===


===''[[Les Américains]]'' ([[1968]])===
===''[[Les Américains (Roger Peyrefitte)|Les Américains]]'' ([[1968]])===


===''[[Des Français]]'' ([[1970]])===
===''[[Des Français (Roger Peyrefitte)|Des Français]]'' ([[1970]])===


===''La coloquinte'' ([[1971]])===
===''La coloquinte'' ([[1971]])===


===''[[Roy]]'' ([[1979]])===
===''[[Roy (Roger Peyrefitte)|Roy]]'' ([[1979]])===


===''[[L’illustre écrivain]]'' ([[1982]])===
===''[[L’illustre écrivain (Roger Peyrefitte)|L’illustre écrivain]]'' ([[1982]])===


===''La soutane rouge'' ([[1983]])===
===''La soutane rouge'' ([[1983]])===


===''[[Le dernier des Sivry]]'' ([[1993]])===
===''[[Le dernier des Sivry (Roger Peyrefitte)|Le dernier des Sivry]]'' ([[1993]])===


==Biographies et œuvres historiques==
==Biographies et œuvres historiques==


===''[[Les amours singulières]]'' ([[1949]])===
===''[[Les amours singulières (Roger Peyrefitte)|Les amours singulières]]'' ([[1949]])===


{{Extrait|id=8048061|Il y a des degrés pour la vertu, il ne devrait pas y en avoir pour le vice. Il ne trouve d’excuse que dans l’accomplissement impitoyable de sa destinée. Il lui faut aspirer aux sommets ou aux abîmes, tout sauver ou tout perdre, abdiquer ou triompher. Ses vrais triomphes sont rares.
{{Extrait|id=8048061|Il y a des degrés pour la vertu, il ne devrait pas y en avoir pour le vice. Il ne trouve d’excuse que dans l’accomplissement impitoyable de sa destinée. Il lui faut aspirer aux sommets ou aux abîmes, tout sauver ou tout perdre, abdiquer ou triompher. Ses vrais triomphes sont rares.
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Éd. Famot|année=1974|page=7}}}}
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Genève|éditeur=Éd. Famot|collection=Grands romans contemporains|année=1974|page=7}}}}


{{Extrait|id=3518238|Qu’il ait le bon carquois ou le mauvais, que sa flèche aille à droite ou à gauche, que sa tête soit couverte de cendres ou de roses, l’Amour est toujours l’Amour.
{{Extrait|id=3518238|Qu’il ait le bon carquois ou le mauvais, que sa flèche aille à droite ou à gauche, que sa tête soit couverte de cendres ou de roses, l’Amour est toujours l’Amour.
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Éd. Famot|année=1974|page=8}}}}
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Genève|éditeur=Éd. Famot|collection=Grands romans contemporains|année=1974|page=8}}}}


{{Extrait|id=3371254|{{personnage|Mathias}} :<br>L’amour, c’est autre chose que de faire l’amour.
{{Extrait|id=3371254|{{personnage|Mathias}} :<br>L’amour, c’est autre chose que de faire l’amour.
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Éd. Famot|année=1974|page=84|section=« La maîtresse de piano »}}}}
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Genève|éditeur=Éd. Famot|collection=Grands romans contemporains|année=1974|page=84|section=« La maîtresse de piano »}}}}


{{Extrait|id=7613014|{{personnage|Le baron S.}} :&nbsp;<ref>À propos de l’amour des garçons, après avoir été “soigné” sans succès par [[Richard von Krafft-Ebing|Krafft-Ebing]].</ref><br>Je suis surpris […] d’avoir pu demander qu’on me guérisse de ce mal et non pas qu’on me le donne.
{{Extrait|id=7613014|{{personnage|Le baron S.}} :&nbsp;<ref>À propos de l’amour des garçons, après avoir été “soigné” sans succès par [[Richard von Krafft-Ebing|Krafft-Ebing]].</ref><br>Je suis surpris […] d’avoir pu demander qu’on me guérisse de ce mal et non pas qu’on me le donne.
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Éd. Famot|année=1974|page=187|section=« Le baron de Gloeden »}}}}
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Genève|éditeur=Éd. Famot|collection=Grands romans contemporains|année=1974|page=187|section=« Le baron de Gloeden »}}}}


{{Extrait|id=9764433|{{personnage|Wilhelm von Gloeden}} :<br>Il faut être hardi avec la jeunesse et […] elle vous en sait toujours gré.
{{Extrait|id=9764433|{{personnage|Wilhelm von Gloeden}} :<br>Il faut être hardi avec la jeunesse et […] elle vous en sait toujours gré.
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Éd. Famot|année=1974|page=194|section=« Le baron de Gloeden »}}}}
{{Réf Livre|titre=Les amours singulières|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Genève|éditeur=Éd. Famot|collection=Grands romans contemporains|année=1974|page=194|section=« Le baron de Gloeden »}}}}
 
===''[[L’exilé de Capri (Roger Peyrefitte)|L’exilé de Capri]]'' ([[1959]])===
 
{{Extrait|id=1912017|{{personnage|Robert de Tournel}} :<br>Ah ! glorieuse antiquité et splendide Renaissance, où l’amour du maître et de l’élève était le corollaire d’une bonne éducation !
{{Réf Livre|référence=L’exilé de Capri/Le Livre de Poche, 1974|page=21|partie=Première partie|chapitre=II}}}}


===''[[L’exilé de Capri]]'' ([[1959]])===
{{Extrait|id=1775903|{{personnage|Laurent Tailhade}} :<br>Quand le riche exhibe un nom aristocratique, c’est beaucoup d’honneur qu’il fait aux jeunes roturiers en les favorisant des suprêmes outrages.<ref>Extrait de l’article de Laurent Tailhade « Lettre familière à M. Jacques d’Adelsward de Fersen, embasicète », paru le 16 juillet [[1903]] dans l’hebdomadaire [[anarchisme|libertaire]] et anticlérical ''La Raison''.</ref>
{{Réf Livre|référence=L’exilé de Capri/Le Livre de Poche, 1974|page=103|partie=Première partie|chapitre=XX}}}}
 
{{Extrait|id=3985570|{{personnage|Norman Douglas}} :<br>L’Italie est hermaphrodite et c’est le secret de sa singulière beauté.
{{Réf Livre|référence=L’exilé de Capri/Le Livre de Poche, 1974|page=151|partie=Deuxième partie|chapitre=VIII}}}}
 
{{Extrait|id=5171684|{{personnage|Le prince de Candriano}} :<br>L’Italie est le pays de la beauté, jointe à la facilité.
{{Réf Livre|référence=L’exilé de Capri/Le Livre de Poche, 1974|page=193|partie=Deuxième partie|chapitre=XVII}}}}


===''La nature du prince'' ([[1963]])===
===''La nature du prince'' ([[1963]])===
Ligne 71 : Ligne 84 :
===''Manouche'' ([[1972]])===
===''Manouche'' ([[1972]])===


===''[[Tableaux de chasse|Tableaux de chasse, ou La vie extraordinaire de Fernand Legros]]'' ([[1976]])===
===''[[Tableaux de chasse (Roger Peyrefitte)|Tableaux de chasse, ou La vie extraordinaire de Fernand Legros]]'' ([[1976]])===


===''[[Alexandre (Roger Peyrefitte)|La jeunesse d’Alexandre]]'' ([[1977]])===
===''[[Alexandre (Roger Peyrefitte)|La jeunesse d’Alexandre]]'' ([[1977]])===
Ligne 90 : Ligne 103 :


{{Extrait|id=8502694|[[Henry de Montherlant|{{personnage|Henry de Montherlant}}]] :<br>Je ne reconnais aucun devoir, hors celui du libre arbitre.
{{Extrait|id=8502694|[[Henry de Montherlant|{{personnage|Henry de Montherlant}}]] :<br>Je ne reconnais aucun devoir, hors celui du libre arbitre.
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1950|page=26}}}}
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1950|page=26}}}}


{{Extrait|id=4241276|Dialogue entre {{personnage|Henry de Montherlant}} et l’auteur :<br>—&nbsp;Les sentiments se mettent dans les livres. Dans la vie, je ne connais que les sensations : elles suffisent à mon bonheur.<br>—&nbsp;Entre l’ange et la bête, vous n’hésitez pas ! Mais cela vous est un peu particulier. Pour le reste des hommes, la civilisation a toujours consisté à faire passer l’ange avant la bête.<br>—&nbsp;Mais moi aussi, je veux des anges, des anges en chair et en os ! Les anges n’ont pas besoin de mères. Malheureusement, notre époque honore les mères et non les anges.
{{Extrait|id=4241276|Dialogue entre {{personnage|Henry de Montherlant}} et l’auteur :<br>—&nbsp;Les sentiments se mettent dans les livres. Dans la vie, je ne connais que les sensations : elles suffisent à mon bonheur.<br>—&nbsp;Entre l’ange et la bête, vous n’hésitez pas ! Mais cela vous est un peu particulier. Pour le reste des hommes, la civilisation a toujours consisté à faire passer l’ange avant la bête.<br>—&nbsp;Mais moi aussi, je veux des anges, des anges en chair et en os ! Les anges n’ont pas besoin de mères. Malheureusement, notre époque honore les mères et non les anges.
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1950|page=35}}}}
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1950|page=35}}}}


{{Extrait|id=3427467|Parmi les regrets de ma vie, figure celui de ne pas avoir découvert plus tôt que les plaisirs d’une nuit en troisième classe dépassent de loin ceux d’une nuit en couchette.<ref>Dans les trains français, les wagons de troisième classe, où voyageaient les familles les plus pauvres, n’ont été supprimés qu’en [[1956]]. À la fin du même chapitre, Peyrefitte évoque à nouveau les aubaines qu’un pédéraste pouvait y rencontrer.</ref>
{{Extrait|id=3427467|Parmi les regrets de ma vie, figure celui de ne pas avoir découvert plus tôt que les plaisirs d’une nuit en troisième classe dépassent de loin ceux d’une nuit en couchette.<ref>Dans les trains français, les wagons de troisième classe, où voyageaient les familles les plus pauvres, n’ont été supprimés qu’en [[1956]]. À la fin du même chapitre, Peyrefitte évoque à nouveau les aubaines qu’un pédéraste pouvait y rencontrer.</ref>
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1950|page=51}}}}
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1950|page=51}}}}


{{Extrait|id=6097338|Ce qui vient de l’enfance est ce qu’il y a de plus profond et de plus séduisant.<ref>Peyrefitte fait cette réflexion à propos de la lettre que lui a adressé « un garçon de quinze ans », jeune lecteur belge des ''[[Les amitiés particulières (Roger Peyrefitte)|Amitiés particulières]]'' qu’il évoquera dans la première partie de ''[[Jeunes proies]]''.</ref>
{{Extrait|id=6097338|Ce qui vient de l’enfance est ce qu’il y a de plus profond et de plus séduisant.<ref>Peyrefitte fait cette réflexion à propos de la lettre que lui a adressé « un garçon de quinze ans », jeune lecteur belge des ''[[Les amitiés particulières (Roger Peyrefitte)|Amitiés particulières]]'' qu’il évoquera dans la première partie de ''[[Jeunes proies (Roger Peyrefitte)|Jeunes proies]]''.</ref>
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1950|page=176}}}}
{{Réf Livre|titre=La mort d’une mère|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1950|page=176}}}}


===''[[Jeunes proies]]'' ([[1956]])===
===''[[Jeunes proies (Roger Peyrefitte)|Jeunes proies]]'' ([[1956]])===


{{Extrait|id=8853186|J’éprouvais, comme je ne l’avais jamais éprouvée, la fatalité d’un amour lié au culte d’un âge, âge qui s’envole tandis que nous le cueillons ou que nous hésitons à le cueillir. Ces formes dont l’ambiguïté va disparaître, ces joues lisses qui vont être adolescentes, cette ardeur qui se cherche et n’a pas encore trouvé l’autre sexe, ne durent qu’une saison.<br>« Un été suffit pour faire du gentil chevreau un bouc velu », dit une épigramme de l’Anthologie grecque. Un conteur japonais a exprimé la même idée plus poétiquement : « La beauté des jeunes garçons s’évanouit, dès que la boucle de leur front est coupée et qu’ils revêtent des robes à manches courtes. Leur amour n’est donc qu’un songe passager. » Je me rappelais également les paroles de Pausanias dans le ''Banquet'' de Platon : « Une loi devrait interdire d’aimer les jeunes garçons, pour qu’on ne gaspillât pas tant de soins à une chose incertaine. »<br>Cette loi est venue depuis longtemps, sous l’empire d’autres motifs, mais elle complique à peine davantage la question qui occupa, en Grèce et ailleurs, quelques raffinés. L’homme qui est soumis à cet amour, n’a pas besoin d’être menacé par les lois sociales ou religieuses : il est frappé d’une malédiction plus terrible, qui est de vivre sans amour. Il sait qu’il ne sera jamais aimé et qu’il n’aimera jamais. À moins d’être naïf ou de vouloir être dupe, se fiera-t-il à l’amour d’une « chose incertaine » et acceptera-t-il de l’aimer ? Il aura eu à envier, non seulement les amours ordinaires, mais ceux de ses pareils qui, aimant l’homme ou le jeune homme, peuvent être payés de retour. Cependant, il ne renoncera pas à ses goûts, parce qu’on ne renonce pas à soi-même. Il les savourera d’autant mieux qu’il les satisfera moins. Il les cultivera dans un autre siècle, dans une autre civilisation. Ils seront pour lui un beau rêve ou de dangereuses et piètres réalités.<br>De l’amour, il n’aura eu que des à peu près ou des contrefaçons ; sa part de volupté et de bonheur, il l’aura obtenue en jouant chaque fois son honneur et sa liberté. Il aura nourri son existence de plaisirs furtifs, de polissonneries d’écoliers. Resté pour la vie à l’âge de l’école, il aura été contraint d’en garder les pratiques, sans avoir l’excuse de les colorer du nom d’amitié.
{{Extrait|id=8853186|J’éprouvais, comme je ne l’avais jamais éprouvée, la fatalité d’un amour lié au culte d’un âge, âge qui s’envole tandis que nous le cueillons ou que nous hésitons à le cueillir. Ces formes dont l’ambiguïté va disparaître, ces joues lisses qui vont être adolescentes, cette ardeur qui se cherche et n’a pas encore trouvé l’autre sexe, ne durent qu’une saison.<br>« Un été suffit pour faire du gentil chevreau un bouc velu », dit une épigramme de l’Anthologie grecque. Un conteur japonais a exprimé la même idée plus poétiquement : « La beauté des jeunes garçons s’évanouit, dès que la boucle de leur front est coupée et qu’ils revêtent des robes à manches courtes. Leur amour n’est donc qu’un songe passager. » Je me rappelais également les paroles de Pausanias dans le ''Banquet'' de Platon : « Une loi devrait interdire d’aimer les jeunes garçons, pour qu’on ne gaspillât pas tant de soins à une chose incertaine. »<br>Cette loi est venue depuis longtemps, sous l’empire d’autres motifs, mais elle complique à peine davantage la question qui occupa, en Grèce et ailleurs, quelques raffinés. L’homme qui est soumis à cet amour, n’a pas besoin d’être menacé par les lois sociales ou religieuses : il est frappé d’une malédiction plus terrible, qui est de vivre sans amour. Il sait qu’il ne sera jamais aimé et qu’il n’aimera jamais. À moins d’être naïf ou de vouloir être dupe, se fiera-t-il à l’amour d’une « chose incertaine » et acceptera-t-il de l’aimer ? Il aura eu à envier, non seulement les amours ordinaires, mais ceux de ses pareils qui, aimant l’homme ou le jeune homme, peuvent être payés de retour. Cependant, il ne renoncera pas à ses goûts, parce qu’on ne renonce pas à soi-même. Il les savourera d’autant mieux qu’il les satisfera moins. Il les cultivera dans un autre siècle, dans une autre civilisation. Ils seront pour lui un beau rêve ou de dangereuses et piètres réalités.<br>De l’amour, il n’aura eu que des à peu près ou des contrefaçons ; sa part de volupté et de bonheur, il l’aura obtenue en jouant chaque fois son honneur et sa liberté. Il aura nourri son existence de plaisirs furtifs, de polissonneries d’écoliers. Resté pour la vie à l’âge de l’école, il aura été contraint d’en garder les pratiques, sans avoir l’excuse de les colorer du nom d’amitié.
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1956|page=26-27}}}}
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1956|page=26-27}}}}


{{Extrait|id=6869290|N’aimer que la jeunesse et la grâce, c’est se condamner à aimer peu souvent et peu longtemps.
{{Extrait|id=6869290|N’aimer que la jeunesse et la grâce, c’est se condamner à aimer peu souvent et peu longtemps.
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1956|page=178}}}}
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1956|page=178}}}}


{{Extrait|id=9223202|Le dieu de l’amour impossible est un dieu charmant, mais un fichu dieu.
{{Extrait|id=9223202|Le dieu de l’amour impossible est un dieu charmant, mais un fichu dieu.
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1956|page=179}}}}
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1956|page=179}}}}


{{Extrait|id=6973963|Tout vrai amour doit rompre avec la société.
{{Extrait|id=6973963|Tout vrai amour doit rompre avec la société.
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1956|page=198}}}}
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1956|page=198}}}}


{{Extrait|id=8837496|Tous les amours se rejoignent. Plus l’objet aimé nous est interdit, plus il nous prépare au grand sacrifice. Il se confond bientôt avec Dieu lui-même.
{{Extrait|id=8837496|Tous les amours se rejoignent. Plus l’objet aimé nous est interdit, plus il nous prépare au grand sacrifice. Il se confond bientôt avec Dieu lui-même.
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1956|page=247}}}}
{{Réf Livre|titre=Jeunes proies|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1956|page=247}}}}


===''[[Notre amour]]'' ([[1967]])===
===''[[Notre amour (Roger Peyrefitte)|Notre amour]]'' ([[1967]])===
→ Voir à la page [[Notre amour (citations)]]
→ Voir à la page [[Notre amour (citations)]]


===''[[Propos secrets]]'' ([[1977]])===
===''[[Propos secrets (Roger Peyrefitte)|Propos secrets]]'' ([[1977]])===
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]


===''[[L’enfant de cœur]]'' ([[1978]])===
===''[[L’enfant de cœur (Roger Peyrefitte)|L’enfant de cœur]]'' ([[1978]])===


===''[[Propos secrets|Propos secrets 2]]'' ([[1980]])===
===''[[Propos secrets (Roger Peyrefitte)|Propos secrets 2]]'' ([[1980]])===
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]


===''[[Correspondance Henry de Montherlant – Roger Peyrefitte]]'' ([[1983]])===
===''[[Correspondance Henry de Montherlant – Roger Peyrefitte]]'' ([[1983]])===


===''[[Propos secrets|L’Innominato : nouveaux Propos secrets]]'' ([[1989]])===
===''[[Propos secrets (Roger Peyrefitte)|L’Innominato : nouveaux Propos secrets]]'' ([[1989]])===
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]
→ Voir à la page [[Propos secrets (citations)]]


Ligne 138 : Ligne 151 :
===''Du Vésuve à l’Etna'' ([[1952]])===
===''Du Vésuve à l’Etna'' ([[1952]])===


===''[[L’enfant Amour]]'' ([[1972]])===
===''[[L’enfant Amour (Roger Peyrefitte)|L’enfant Amour]]'' ([[1972]])===


===''[[Un musée de l’amour]]'' ([[1972]])===
===''[[Un musée de l’amour (Roger Peyrefitte)|Un musée de l’amour]]'' ([[1972]])===


===''Retours en Sicile'' ([[1996]])===
===''Retours en Sicile'' ([[1996]])===
Ligne 146 : Ligne 159 :
==Théâtre==
==Théâtre==


===''[[Le Prince des Neiges]]'' ([[1947]])===
===''[[Le Prince des Neiges (Roger Peyrefitte)|Le Prince des Neiges]]'' ([[1947]])===


{{Extrait|id=7535573|{{personnage|Le roi Gustave III de Suède}} :<br>On n’est jamais ridicule que de ne plus avoir quatorze ans, c’est-à-dire de ne plus avoir de beauté.
{{Extrait|id=7535573|{{personnage|Le roi Gustave III de Suède}} :<br>On n’est jamais ridicule que de ne plus avoir quatorze ans, c’est-à-dire de ne plus avoir de beauté.
{{Réf Livre|titre=Le Prince des Neiges|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1961|page=119}}}}
{{Réf Livre|titre=Le Prince des Neiges|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1961|page=119}}}}
 
{{Extrait|id=1430449|{{personnage|Le roi Gustave III de Suède}} :<br>Il n’y a que l’enfant de sérieux, car il est absolu : l’homme est un abîme de contradictions.
{{Extrait|id=1430449|{{personnage|Le roi Gustave III de Suède}} :<br>Il n’y a que l’enfant de sérieux, car il est absolu : l’homme est un abîme de contradictions.
{{Réf Livre|titre=Le Prince des Neiges|auteur=Roger Peyrefitte|éditeur=Flammarion|année=1961|page=124}}}}
{{Réf Livre|titre=Le Prince des Neiges|auteur=Roger Peyrefitte|lieu d'édition=Paris|éditeur=Flammarion|année=1961|page=124}}}}


===''Le spectateur nocturne'' ([[1960]])===
===''Le spectateur nocturne'' ([[1960]])===


==Œuvres mineures==
==Œuvres mineures==
===''Sodome et l’Église'' ([[1956]])===
{{Extrait|id=4489345|L’hypocrisie est parfois un hommage que la vertu rend au vice.
{{Réf Article|auteur1=Roger Peyrefitte|titre=Sodome et l’Église|périodique=Le Crapouillot|num=34, ''L’Église et la sexualité''|date=août 1956|page=51}}}}
{{Extrait|id=5848601|Pendant des siècles, d’innombrables « pauvres bougres » grillèrent sur les bûchers d’une morale insensée, qui prétendait appliquer les lois du christianisme. Il était temps, pour les théologiens, de s’apercevoir que les empereurs Constantin, Valentinien et Théodose furent des monstres en réservant l’autodafé aux hérétiques de l’amour.
{{Réf Article|auteur1=Roger Peyrefitte|titre=Sodome et l’Église|périodique=Le Crapouillot|num=34, ''L’Église et la sexualité''|date=août 1956|page=51}}}}
===''Grandeur et servitudes de la pédérastie'' ([[1970]])===
===''Grandeur et servitudes de la pédérastie'' ([[1970]])===
{{Extrait|id=7357248|Le fait d’être pédéraste ne comporte aucune grandeur, mais il n’en interdit non plus aucune. Peut-être la vraie grandeur de la pédérastie est-elle dans ses servitudes, car, jusque chez les Grecs, qui l’avaient pourtant divinisée, elle obligeait ses adeptes à lutter contre les préjugés du vulgaire. À toutes les époques, la vie du pédéraste a été un combat. Combat, lorsqu’il est jeune, contre ses maîtres et contre sa famille, combat ensuite contre la société, menace perpétuelle pour son honneur et sa position, haine farouche des refoulés, des hypocrites et des imbéciles. Qu’on ne s’abuse pas sur les victoires de certains pédérastes dans des domaines particuliers. Elles sont toujours chèrement acquises et âprement contestées. Enfin, comme la pédérastie est le genre d’amour où le couple idéal est le plus difficile à constituer, à maintenir et à parfaire, c’est celui qui offre le moins de réussites et où le plaisir tient lieu le plus souvent de bonheur.
{{Extrait|id=7357248|Le fait d’être pédéraste ne comporte aucune grandeur, mais il n’en interdit non plus aucune. Peut-être la vraie grandeur de la pédérastie est-elle dans ses servitudes, car, jusque chez les Grecs, qui l’avaient pourtant divinisée, elle obligeait ses adeptes à lutter contre les préjugés du vulgaire. À toutes les époques, la vie du pédéraste a été un combat. Combat, lorsqu’il est jeune, contre ses maîtres et contre sa famille, combat ensuite contre la société, menace perpétuelle pour son honneur et sa position, haine farouche des refoulés, des hypocrites et des imbéciles. Qu’on ne s’abuse pas sur les victoires de certains pédérastes dans des domaines particuliers. Elles sont toujours chèrement acquises et âprement contestées. Enfin, comme la pédérastie est le genre d’amour où le couple idéal est le plus difficile à constituer, à maintenir et à parfaire, c’est celui qui offre le moins de réussites et où le plaisir tient lieu le plus souvent de bonheur.
{{Réf Livre|titre=« Grandeur et servitudes de la pédérastie »|auteur=Roger Peyrefitte|section=in ''Le Crapouillot'', n.s. n° 12, ''Les pédérastes''|éditeur=Le Crapouillot|année=1970|page=15}}}}
{{Réf Article|auteur1=Roger Peyrefitte|titre=Grandeur et servitudes de la pédérastie|périodique=Le Crapouillot|num=12 n.s., ''Les pédérastes''|date=août-septembre 1970|page=15}}}}


{{Extrait|id=8620509|L’imprudence, la confiance, la naïveté, l’enthousiasme de la plupart des pédérastes les exposent à plus de mésaventures que les autres, – on dirait même que beaucoup les recherchent comme un stimulant. C’est la difficulté de trouver le compagnon rêvé qui leur inspire cette boulimie, prise quelquefois pour une névrose.
{{Extrait|id=8620509|L’imprudence, la confiance, la naïveté, l’enthousiasme de la plupart des pédérastes les exposent à plus de mésaventures que les autres, – on dirait même que beaucoup les recherchent comme un stimulant. C’est la difficulté de trouver le compagnon rêvé qui leur inspire cette boulimie, prise quelquefois pour une névrose.
Ligne 171 : Ligne 194 :
==Émissions==
==Émissions==
===''Vérité du scandale'' ([[1959]])===
===''Vérité du scandale'' ([[1959]])===
{{Extrait|id=3236672|Pour moi, le scandale c’est la sottise, la laideur, l’hypocrisie, l’obscénité : je crois qu’il serait difficile de trouver ces défauts dans mes livres, et je n’aime que la vérité.
{{Extrait|id=3236672|Pour moi, le scandale c’est la sottise, la laideur, l’hypocrisie, l’obscénité : je crois qu’il serait difficile de trouver ces défauts dans mes livres, et je n’aime que la vérité.
{{Réf Émission|auteur=Roger Peyrefitte|émission=En français dans le texte, « Vérité du scandale »|réalisateur=Jean Feller|diffuseur=RTF|date=27 décembre 1959}}}}
{{Réf Émission|auteur=Roger Peyrefitte|émission=En français dans le texte, « Vérité du scandale »|réalisateur=Jean Feller|diffuseur=RTF|date=27 décembre 1959}}}}
Ligne 188 : Ligne 212 :
==Voir aussi==
==Voir aussi==
===Articles connexes===
===Articles connexes===
*[[Citations sur BoyWiki]]
 
*[[Citations dans BoyWiki]]
*[[Roger Peyrefitte]]
*[[Roger Peyrefitte]]
===Liens externes===
===Liens externes===
*Interview par Jean Feller dans l’émission ''En français dans le texte'', [http://www.youtube.com/watch?v=fVzSK3w6kOs « Vérité du scandale »], le [[27 décembre]] 1959.
*Interview par Jean Feller dans l’émission ''En français dans le texte'', [http://www.youtube.com/watch?v=fVzSK3w6kOs « Vérité du scandale »], le [[27 décembre]] 1959.


Ligne 198 : Ligne 225 :
{{DEFAULTSORT:Peyrefitte, Roger (citations)}}
{{DEFAULTSORT:Peyrefitte, Roger (citations)}}
[[Catégorie:Roger Peyrefitte|*]]
[[Catégorie:Roger Peyrefitte|*]]
[[Catégorie:Citations]]
[[Catégorie:Citation]]

Version actuelle datée du 4 juin 2014 à 12:59

Roger Peyrefitte est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages principaux et de nombreux textes secondaires, toutes œuvres dont sont extraites les citations ci-dessous.

Dans chaque catégorie, les œuvres sont classées par ordre chronologique.

Romans

Les amitiés particulières (1944)

Mademoiselle de Murville (1947)

Armel de Murville :
Il y a des amours précieuses et rares, comme il y en a de vulgaires.
  • Roger Peyrefitte, Mademoiselle de Murville, Paris, Jean Vignaud, 1947, p. 96

Armel de Murville :
Tout le monde est fait pour l’amour : on n’a vécu que si l’on a aimé.
  • Roger Peyrefitte, Mademoiselle de Murville, Paris, Jean Vignaud, 1947, p. 112

L’oracle (1948)

→ Voir à la page L’oracle (citations)

Les ambassades (1951)

→ Voir à la page Les ambassades (citations)

La fin des ambassades (1953)

Les clés de saint Pierre (1955)

Chevaliers de Malte (1957)

Les Fils de la Lumière (1961)

Les juifs (1965)

Les Américains (1968)

Des Français (1970)

La coloquinte (1971)

Roy (1979)

L’illustre écrivain (1982)

La soutane rouge (1983)

Le dernier des Sivry (1993)

Biographies et œuvres historiques

Les amours singulières (1949)

Il y a des degrés pour la vertu, il ne devrait pas y en avoir pour le vice. Il ne trouve d’excuse que dans l’accomplissement impitoyable de sa destinée. Il lui faut aspirer aux sommets ou aux abîmes, tout sauver ou tout perdre, abdiquer ou triompher. Ses vrais triomphes sont rares.
  • Roger Peyrefitte, Les amours singulières, Genève, Éd. Famot, coll. Grands romans contemporains, 1974, p. 7

Qu’il ait le bon carquois ou le mauvais, que sa flèche aille à droite ou à gauche, que sa tête soit couverte de cendres ou de roses, l’Amour est toujours l’Amour.
  • Roger Peyrefitte, Les amours singulières, Genève, Éd. Famot, coll. Grands romans contemporains, 1974, p. 8

Mathias :
L’amour, c’est autre chose que de faire l’amour.
  • Roger Peyrefitte, Les amours singulières, Genève, Éd. Famot, coll. Grands romans contemporains, 1974, « La maîtresse de piano », p. 84

Le baron S. : [1]
Je suis surpris […] d’avoir pu demander qu’on me guérisse de ce mal et non pas qu’on me le donne.
  • Roger Peyrefitte, Les amours singulières, Genève, Éd. Famot, coll. Grands romans contemporains, 1974, « Le baron de Gloeden », p. 187

Wilhelm von Gloeden :
Il faut être hardi avec la jeunesse et […] elle vous en sait toujours gré.
  • Roger Peyrefitte, Les amours singulières, Genève, Éd. Famot, coll. Grands romans contemporains, 1974, « Le baron de Gloeden », p. 194

L’exilé de Capri (1959)

Robert de Tournel :
Ah ! glorieuse antiquité et splendide Renaissance, où l’amour du maître et de l’élève était le corollaire d’une bonne éducation !

Laurent Tailhade :
Quand le riche exhibe un nom aristocratique, c’est beaucoup d’honneur qu’il fait aux jeunes roturiers en les favorisant des suprêmes outrages.[2]

Norman Douglas :
L’Italie est hermaphrodite et c’est le secret de sa singulière beauté.

Le prince de Candriano :
L’Italie est le pays de la beauté, jointe à la facilité.

La nature du prince (1963)

Les secrets des conclaves (1964)

Manouche (1972)

Tableaux de chasse, ou La vie extraordinaire de Fernand Legros (1976)

La jeunesse d’Alexandre (1977)

Les conquêtes d’Alexandre (1979)

Alexandre le Grand (1981)

Voltaire, sa jeunesse et son temps (1985)

Réflexion sur De Gaulle (1991)

Voltaire et Frédéric II (1992)

Œuvres autobiographiques et correspondance

La mort d’une mère (1950)

Henry de Montherlant :
Je ne reconnais aucun devoir, hors celui du libre arbitre.
  • Roger Peyrefitte, La mort d’une mère, Paris, Flammarion, 1950, p. 26

Dialogue entre Henry de Montherlant et l’auteur :
— Les sentiments se mettent dans les livres. Dans la vie, je ne connais que les sensations : elles suffisent à mon bonheur.
— Entre l’ange et la bête, vous n’hésitez pas ! Mais cela vous est un peu particulier. Pour le reste des hommes, la civilisation a toujours consisté à faire passer l’ange avant la bête.
— Mais moi aussi, je veux des anges, des anges en chair et en os ! Les anges n’ont pas besoin de mères. Malheureusement, notre époque honore les mères et non les anges.
  • Roger Peyrefitte, La mort d’une mère, Paris, Flammarion, 1950, p. 35

Parmi les regrets de ma vie, figure celui de ne pas avoir découvert plus tôt que les plaisirs d’une nuit en troisième classe dépassent de loin ceux d’une nuit en couchette.[3]
  • Roger Peyrefitte, La mort d’une mère, Paris, Flammarion, 1950, p. 51

Ce qui vient de l’enfance est ce qu’il y a de plus profond et de plus séduisant.[4]
  • Roger Peyrefitte, La mort d’une mère, Paris, Flammarion, 1950, p. 176

Jeunes proies (1956)

J’éprouvais, comme je ne l’avais jamais éprouvée, la fatalité d’un amour lié au culte d’un âge, âge qui s’envole tandis que nous le cueillons ou que nous hésitons à le cueillir. Ces formes dont l’ambiguïté va disparaître, ces joues lisses qui vont être adolescentes, cette ardeur qui se cherche et n’a pas encore trouvé l’autre sexe, ne durent qu’une saison.
« Un été suffit pour faire du gentil chevreau un bouc velu », dit une épigramme de l’Anthologie grecque. Un conteur japonais a exprimé la même idée plus poétiquement : « La beauté des jeunes garçons s’évanouit, dès que la boucle de leur front est coupée et qu’ils revêtent des robes à manches courtes. Leur amour n’est donc qu’un songe passager. » Je me rappelais également les paroles de Pausanias dans le Banquet de Platon : « Une loi devrait interdire d’aimer les jeunes garçons, pour qu’on ne gaspillât pas tant de soins à une chose incertaine. »
Cette loi est venue depuis longtemps, sous l’empire d’autres motifs, mais elle complique à peine davantage la question qui occupa, en Grèce et ailleurs, quelques raffinés. L’homme qui est soumis à cet amour, n’a pas besoin d’être menacé par les lois sociales ou religieuses : il est frappé d’une malédiction plus terrible, qui est de vivre sans amour. Il sait qu’il ne sera jamais aimé et qu’il n’aimera jamais. À moins d’être naïf ou de vouloir être dupe, se fiera-t-il à l’amour d’une « chose incertaine » et acceptera-t-il de l’aimer ? Il aura eu à envier, non seulement les amours ordinaires, mais ceux de ses pareils qui, aimant l’homme ou le jeune homme, peuvent être payés de retour. Cependant, il ne renoncera pas à ses goûts, parce qu’on ne renonce pas à soi-même. Il les savourera d’autant mieux qu’il les satisfera moins. Il les cultivera dans un autre siècle, dans une autre civilisation. Ils seront pour lui un beau rêve ou de dangereuses et piètres réalités.
De l’amour, il n’aura eu que des à peu près ou des contrefaçons ; sa part de volupté et de bonheur, il l’aura obtenue en jouant chaque fois son honneur et sa liberté. Il aura nourri son existence de plaisirs furtifs, de polissonneries d’écoliers. Resté pour la vie à l’âge de l’école, il aura été contraint d’en garder les pratiques, sans avoir l’excuse de les colorer du nom d’amitié.
  • Roger Peyrefitte, Jeunes proies, Paris, Flammarion, 1956, p. 26-27

N’aimer que la jeunesse et la grâce, c’est se condamner à aimer peu souvent et peu longtemps.
  • Roger Peyrefitte, Jeunes proies, Paris, Flammarion, 1956, p. 178

Le dieu de l’amour impossible est un dieu charmant, mais un fichu dieu.
  • Roger Peyrefitte, Jeunes proies, Paris, Flammarion, 1956, p. 179

Tout vrai amour doit rompre avec la société.
  • Roger Peyrefitte, Jeunes proies, Paris, Flammarion, 1956, p. 198

Tous les amours se rejoignent. Plus l’objet aimé nous est interdit, plus il nous prépare au grand sacrifice. Il se confond bientôt avec Dieu lui-même.
  • Roger Peyrefitte, Jeunes proies, Paris, Flammarion, 1956, p. 247

Notre amour (1967)

→ Voir à la page Notre amour (citations)

Propos secrets (1977)

→ Voir à la page Propos secrets (citations)

L’enfant de cœur (1978)

Propos secrets 2 (1980)

→ Voir à la page Propos secrets (citations)

Correspondance Henry de Montherlant – Roger Peyrefitte (1983)

L’Innominato : nouveaux Propos secrets (1989)

→ Voir à la page Propos secrets (citations)

Essais

Du Vésuve à l’Etna (1952)

L’enfant Amour (1972)

Un musée de l’amour (1972)

Retours en Sicile (1996)

Théâtre

Le Prince des Neiges (1947)

Le roi Gustave III de Suède :
On n’est jamais ridicule que de ne plus avoir quatorze ans, c’est-à-dire de ne plus avoir de beauté.
  • Roger Peyrefitte, Le Prince des Neiges, Paris, Flammarion, 1961, p. 119

Le roi Gustave III de Suède :
Il n’y a que l’enfant de sérieux, car il est absolu : l’homme est un abîme de contradictions.
  • Roger Peyrefitte, Le Prince des Neiges, Paris, Flammarion, 1961, p. 124

Le spectateur nocturne (1960)

Œuvres mineures

Sodome et l’Église (1956)

L’hypocrisie est parfois un hommage que la vertu rend au vice.
  • Roger Peyrefitte, « Sodome et l’Église », in Le Crapouillot, nº 34, L’Église et la sexualité, août 1956, p. 51

Pendant des siècles, d’innombrables « pauvres bougres » grillèrent sur les bûchers d’une morale insensée, qui prétendait appliquer les lois du christianisme. Il était temps, pour les théologiens, de s’apercevoir que les empereurs Constantin, Valentinien et Théodose furent des monstres en réservant l’autodafé aux hérétiques de l’amour.
  • Roger Peyrefitte, « Sodome et l’Église », in Le Crapouillot, nº 34, L’Église et la sexualité, août 1956, p. 51

Grandeur et servitudes de la pédérastie (1970)

Le fait d’être pédéraste ne comporte aucune grandeur, mais il n’en interdit non plus aucune. Peut-être la vraie grandeur de la pédérastie est-elle dans ses servitudes, car, jusque chez les Grecs, qui l’avaient pourtant divinisée, elle obligeait ses adeptes à lutter contre les préjugés du vulgaire. À toutes les époques, la vie du pédéraste a été un combat. Combat, lorsqu’il est jeune, contre ses maîtres et contre sa famille, combat ensuite contre la société, menace perpétuelle pour son honneur et sa position, haine farouche des refoulés, des hypocrites et des imbéciles. Qu’on ne s’abuse pas sur les victoires de certains pédérastes dans des domaines particuliers. Elles sont toujours chèrement acquises et âprement contestées. Enfin, comme la pédérastie est le genre d’amour où le couple idéal est le plus difficile à constituer, à maintenir et à parfaire, c’est celui qui offre le moins de réussites et où le plaisir tient lieu le plus souvent de bonheur.
  • Roger Peyrefitte, « Grandeur et servitudes de la pédérastie », in Le Crapouillot, nº 12 n.s., Les pédérastes, août-septembre 1970, p. 15

L’imprudence, la confiance, la naïveté, l’enthousiasme de la plupart des pédérastes les exposent à plus de mésaventures que les autres, – on dirait même que beaucoup les recherchent comme un stimulant. C’est la difficulté de trouver le compagnon rêvé qui leur inspire cette boulimie, prise quelquefois pour une névrose.
  • Roger Peyrefitte, « Grandeur et servitudes de la pédérastie », Le Crapouillot, 1970, in Le Crapouillot, n.s. n° 12, Les pédérastes, p. 16

Il est possible que des vieillards caducs soient affriolés par des êtres sans défense, petits garçons et petites filles, mais ce serait vouloir ridiculiser la pédérastie que d’en faire leur apanage. Elle naît spontanément entre jeunes mâles, parce qu’elle est une manifestation naturelle de la puberté et de la virilité.
  • Roger Peyrefitte, « Grandeur et servitudes de la pédérastie », Le Crapouillot, 1970, in Le Crapouillot, n.s. n° 12, Les pédérastes, p. 17

Partout où il y a beauté masculine, il y a en germe la pédérastie. Et comme il y a la beauté de la force, la beauté de la puissance, la beauté de la faiblesse, voire la beauté de la laideur, personne ne peut être sûr d’y échapper.
  • Roger Peyrefitte, « Grandeur et servitudes de la pédérastie », Le Crapouillot, 1970, in Le Crapouillot, n.s. n° 12, Les pédérastes, p. 17

Émissions

Vérité du scandale (1959)

Pour moi, le scandale c’est la sottise, la laideur, l’hypocrisie, l’obscénité : je crois qu’il serait difficile de trouver ces défauts dans mes livres, et je n’aime que la vérité.
  • Roger Peyrefitte, En français dans le texte, « Vérité du scandale », Jean Feller, RTF, 27 décembre 1959

La vérité ne détruit rien.
  • Roger Peyrefitte, En français dans le texte, « Vérité du scandale », Jean Feller, RTF, 27 décembre 1959

Les ragots, les racontars sont les grains de raisin que l’on met dans le baba !
  • Roger Peyrefitte, En français dans le texte, « Vérité du scandale », Jean Feller, RTF, 27 décembre 1959

Je crois que, plutôt qu’une révolution, il est préférable de provoquer une évolution.
  • Roger Peyrefitte, En français dans le texte, « Vérité du scandale », Jean Feller, RTF, 27 décembre 1959

Je crois que c’est un assez bon apostolat que celui de la vérité.
  • Roger Peyrefitte, En français dans le texte, « Vérité du scandale », Jean Feller, RTF, 27 décembre 1959

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. À propos de l’amour des garçons, après avoir été “soigné” sans succès par Krafft-Ebing.
  2. Extrait de l’article de Laurent Tailhade « Lettre familière à M. Jacques d’Adelsward de Fersen, embasicète », paru le 16 juillet 1903 dans l’hebdomadaire libertaire et anticlérical La Raison.
  3. Dans les trains français, les wagons de troisième classe, où voyageaient les familles les plus pauvres, n’ont été supprimés qu’en 1956. À la fin du même chapitre, Peyrefitte évoque à nouveau les aubaines qu’un pédéraste pouvait y rencontrer.
  4. Peyrefitte fait cette réflexion à propos de la lettre que lui a adressé « un garçon de quinze ans », jeune lecteur belge des Amitiés particulières qu’il évoquera dans la première partie de Jeunes proies.