Sigismondo Pandolfo Malatesta

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher

Sigismondo Pandolfo Malatesta, en français Sigismond Malatesta, surnommé « le Loup de Rimini » (il lupo di Rimini), seigneur de Rimini, Fano et Cesena, est un célèbre condottiere italien.

Fils naturel de Pandolfo III Malatesta et d’Antonia di Giacomino dei Barignano, il naquit à Brescia le 19 juin 1417 et mourut à Rimini le 9 octobre 1468.

Il est le personnage principal d’une des pièces de théâtre les plus connues d’Henry de Montherlant, Malatesta, parue en 1946 et jouée pour la première fois en 1950.

Enfance

À la mort de son père, le 3 octobre 1427, Sigismond n’a que dix ans. C’est son oncle Carlo Ier Malatesta (13681429) qui devient alors seigneur de Rimini et de Fano. N’ayant pas d’enfants lui-même, Carlo obtient du pape Martin V que les trois fils naturels de Pandolfo soient légitimés. L’aîné, Galeotto Roberto Malatesta, lui succède en 1429, mais il meurt à son tour en 1432, laissant le pouvoir à Sigismond âgé d’à peine quinze ans.

Vie amoureuse

De très jeunes femmes

À seize ans et demi, en février 1434, Sigismond Malatesta épouse Ginevra (Geneviève) d’Este (1419 – 1440) qui a presque quinze ans. Devenu veuf, il se remarie le 29 avril 1942 avec Polissena (Polyxène) Sforza (1428 – 1449), qui n’a que quatorze ans. Sa troisième épouse, Isotta degli Atti (Iseult des Actes), est encore plus jeune : née vers 1432, elle devient son amante à l’âge de douze ou treize ans, avant de l’épouser en 1456. Il semble que Malatesta ait eut pour elle une véritable passion — contrairement à ses deux premières épouses, dont les alliances avaient été plus politiques.

Garçons

Du vivant de sa seconde femme Polissena, Sigismond avait pris pour amante Vannetta di Galeotto Toschi, âgée de treize ans au début de leur liaison.[1] Elle lui donna un fils nommé Roberto (né vers 1441, mort en 1482). On dit que son père fit sur lui une tentative incestueuse :

« Filium suum Robertum cognoscere tentavit.
Il tenta de posséder son fils Robert.[2]
»

Malatesta aurait également couché avec son futur gendre Giulio Cesare da Varano, seigneur de Camerino, lorsque celui-ci était adolescent.[3] Né en 1430, Camerino épousera en 1456 Giovanna Malatesta (14441511), fille de Sigismond et de sa seconde épouse Polissena. Il mourra en 1502.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Notes et références

  1. Henry de Montherlant, Théâtre, [Paris], Éd. Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1972, « Malatestiana », p. 429.
    Montherlant la nomme Vannella, nom qu’il donne également à une autre très jeune amante de Malatesta (acte IV, scène I).
  2. Pontanus, opp. t. I, p. 322.
    Cité par Burckhardt, La civilisation en Italie au temps de la Renaissance, II, 218, et par Henry de Montherlant, Théâtre, [Paris], Éd. Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1972, « Présentation de Malatesta », p. 419.
  3. « Justification que Sigismond ait couché avec son gendre Camerino, quand celui-ci était gamin : Carteggio Mediceo. C. 122. Filz à xx. » (Henry de Montherlant, Théâtre, [Paris], Éd. Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1972, « Malatestiana », p. 433.
    Dans la pièce, Montherlant modifie légèrement son nom, l’appelant Venier Varrano, et surtout son âge, puisqu’il lui donne à peine vingt et un ans en 1468.