Dominique Fernandez

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher

Dominique Fernandez, né le 25 août 1929 à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain, romancier, essayiste et grand voyageur français, membre de l’Académie française.

Biographie

Dominique Fernandez est fils du diplomate et critique d’origine mexicaine Ramon Fernandez, à qui il consacre en 2009 un livre, Ramon, et de Liliane Chomette, normalienne, professeur de lettres.

Élève de l’École normale supérieure, agrégé d’italien en 1955, il devient en 1957 professeur à l’Institut français de Naples. En 1968, il soutient sa thèse sur L’échec de Pavese et obtient le doctorat ès lettres. Il est ensuite nommé professeur d’italien à l’université de Haute Bretagne à Rennes.

Il partage son temps entre son travail d’enseignant, l’écriture de ses livres et la rédaction de ses articles pour La Quinzaine littéraire, L’Express et Le Nouvel Observateur. Il reçoit le Prix Médicis en 1974 pour Porporino ou Les mystères de Naples, histoire d’un castrat dans l’Italie du XVIIIe siècle. En 1982, son roman fondé sur la vie de Pasolini, Dans la main de l’ange, est couronné du Prix Goncourt.

À 77 ans, Dominique Fernandez a été élu à l’Académie française le 8 mars 2007, au siège laissé vacant par le décès du professeur Jean Bernard (fauteuil 25). Il fut reçu sous la Coupole le 13 décembre 2007 par Pierre-Jean Rémy.

Il est l’inventeur de la « psychobiographie ». Grand voyageur, spécialiste de l’art baroque et de la culture italienne, Dominique Fernandez a ramené de ses nombreux voyages en Italie, en Bohême, au Portugal, en Russie, en Syrie, au Brésil ou en Bolivie des récits illustrés par le photographe Ferrante Ferranti, qui fut son compagnon durant quinze ans.

Il ne fait pas mystère de son homosexualité, révélée au public en 1975 lors de la parution de Porporino ou Les mystères de Naples. Il a traité ce thème dans plusieurs autres ouvrages, notamment dans L’étoile rose (1978). En 1999, il prend la défense du PACS. Se qualifiant de « premier académicien ouvertement gay », il a fait figurer Ganymède sur le pommeau de son épée.

Il a cependant été marié de 1961 à 1971 à Diane de Margerie avec qui il a eu un fils, Ramon Fernandez (prénommé comme son grand-père) et une fille, Laetitia.

Homosexualité et pédérastie

Dominique Fernandez a toujours réservé dans ses ouvrages une place importante à la pédérastie, en l’intégrant à l’homosexualité contrairement à beaucoup d’intellectuels et de mouvements homosexuels à partir des années 1980. C’est pourquoi la lecture d’une partie de son œuvre est susceptible d’intéresser particulièrement les amateurs de garçons. On peut citer par exemple :

Porporino ou Les mystères de Naples (1974)
Eisenstein : l’arbre jusqu’aux racines II (1975)
La rose des Tudors (1976) sur les chœurs de garçons, particulièrement en Angleterre
L’étoile rose (1978)
Signor Giovanni (1981), biographie de Johann Joachim Winckelmann
Dans la main de l’ange (1982), biographie de Pier Paolo Pasolini
Le rapt de Ganymède (1989)
Le dernier des Médicis (1994), biographie de Jean Gaston de Médicis
Tribunal d’honneur (1997)
L’amour qui ose dire son nom : art et homosexualité (2001)
La course à l’abîme (2003), biographie du Caravage

Les traductions réalisées par Dominique Fernandez témoignent également d’un intérêt certain pour la pédérastie : de Sandro Penna, Une étrange joie de vivre et Autres poèmes (1979) et Poésies (1999) ; de Pier Paolo Pasolini, Poèmes de jeunesse (1995).

Bibliographie

Les œuvres sont classées par ordre chronologique à l’intérieur de chaque genre.

Romans

Essais

  • Le roman italien et la crise de la conscience moderne, Grasset, 1958.
  • L’échec de Pavese, Grasset, 1968.
  • Il mito dell’America, Rome, Ed. Salvatore Sciascia, 1969.
  • L’arbre jusqu’aux racines : psychanalyse et création, Grasset, 1972 ; Le Livre de Poche.
  • Eisenstein : l’arbre jusqu’aux racines II, Grasset, 1975 ; Ramsay-Poche-Cinéma.
  • La rose des Tudors, Julliard, 1976 (ISBN 2-260-00666-3) ; nouvelle édition augmentée 2008 ; Actes Sud.
  • Interventi sulla letteratura francese, Trévise, Matteo, 1982.
  • Le rapt de Ganymède (prix Méditerranée), Grasset, 1989 ; Le Livre de Poche.
  • Le musée idéal de Stendhal, en collaboration avec Ferrante Ferranti, Stock, 1995.
  • Le musée de Zola, en collaboration avec Ferrante Ferranti, Stock, 1997.
  • Le loup et le chien : un nouveau contrat social, Pygmalion, 1999.
  • Les douze muses d’Alexandre Dumas, Grasset, 1999.
  • La beauté, Desclée De Brouwer, 2000.
  • Errances solaires, photographies de Ferrante Ferranti, Stock, 2000.
  • L’amour qui ose dire son nom : art et homosexualité, Stock, 2001 (ISBN 2-234-05747-7).
  • L’art de raconter, Grasset, 2007, (ISBN 2-246-71931-3) ; Le Livre de Poche.
  • Discours de réception à l’Académie française, Grasset, 2008.
  • L’âme russe, Éd. Philippe Rey, 2009.
  • Avec Tolstoï, Grasset, 2010.

Voyages

  • Mère Méditerranée, Grasset, 1965 ; nouvelle édition augmentée de photographies de Ferrante Ferranti, Grasset, 2000 (ISBN 2-246-59261-5) ; Le Livre de Poche.
  • Les événements de Palerme, Grasset, 1966.
  • Amsterdam, Éd. du Seuil, 1977.
  • Les Siciliens, en collaboration avec Ferdinando Scianna et Leonardo Sciascia, Denoël, 1977.
  • Le promeneur amoureux : de Venise à Syracuse, Plon, Presses Pocket, 1980.
  • Le volcan sous la ville : promenades dans Naples, Plon, 1983.
  • Le banquet des anges : l’Europe baroque de Rome à Prague, photographies Ferrante Ferranti, Plon, 1984.
  • Le radeau de la Gorgone : promenades en Sicile, photographies Ferrante Ferranti, Grasset, 1988 ; Le Livre de Poche.
  • Ailes de lumière, François Bourin, 1989.
  • Séville, Stock, 1992.
  • L’or des tropiques : promenades dans le Portugal et le Brésil baroques, Grasset, 1993.
  • Sept visages de Budapest, Corvina, Institut français de Hongrie, 1994.
  • La magie blanche de Saint-Pétersbourg, Gallimard, coll. Découvertes, 1994.
  • Prague et la Bohême, Stock, 1994.
  • La perle et le croissant, phot. Ferrante Ferranti, Plon, coll. Terre humaine, 1995 ; Pocket, coll. Terre humaine.
  • Saint-Pétersbourg, Stock, 1996.
  • Le voyage d’Italie : dictionnaire amoureux, photographies Ferrante Ferranti, Plon, 1998 ; Plon ; Tempus..
  • Rhapsodie roumaine, photographies Ferrante Ferranti, Grasset, 1998 (ISBN 2-246-57161-8).
  • Palerme et la Sicile, Stock, 1998.
  • Bolivie, Stock, 1999.
  • Menton, Grasset, 2001.
  • Syrie, Stock, 2002.
  • Rome : guide érudit et sensuel, photographies Ferrante Ferranti, Éd. Philippe Rey, 2004 (ISBN 2-84876-020-6).
  • Dictionnaire amoureux de la Russie, ill. Catherine Dubreuil, Plon, coll. Dictionnaire amoureux, 2004 (ISBN 2-259-19517-2).
  • Sentiment indien, Grasset 2005, (ISBN 2-246-68341-6).
  • Sicile, photographies Ferrante Ferranti, Actes Sud, Imprimerie nationale, coll. Voyages et découvertes, 2006 (ISBN 2-7427-6357-0).
  • Dictionnaire amoureux de l’Italie, ill. Alain Bouldouyre, Plon, coll. Dictionnaire amoureux, 2008, 2 vol. (ISBN 978-2-259-20948-9).
  • Naples, Actes Sud, Imprimerie Nationale, 2010.
  • Villa Médicis, photographies Ferrante Ferranti, Éd. Philippe Rey, 2010 (ISBN 978-2-84876-168-8).
  • Pise 1951, Grasset, 2011 (ISBN 978-2-246-77671-0).
  • Transsibérien, Grasset, 2012 (ISBN 978-2-2467-8937-6).

Articles

Opéra

  • La rose de Perséphone (musique d’André Bon), Dominique Bedou, 1987 (CD Cybelia 861).

Traductions

  • Sandro Penna, Une étrange joie de vivre et Autres poèmes, Fata Morgana, 1979.
  • Carlo Goldoni, L’imprésario de Smyrne, Éd. de la Comédie-Française, 1985.
  • Pier Paolo Pasolini, Poèmes de jeunesse, Gallimard, 1995.
  • Sandro Penna, Poésies, Grasset, coll. Les cahiers rouges, 1999.

Citations

  • « Être homosexuel, ce n’est pas seulement préférer les personnes de son propre sexe. C’est (ce devrait continuer à être) se tenir en marge de la masse de ses semblables, penser et agir différemment, apporter dans le consensus social un ferment de révolte et de discorde. » (Le Monde, 2009)

Liens internes

Liens externes

Notes et références