L’amour en visite (5)

De BoyWiki
Aller à : navigation, rechercher

Texte précédent : L’amour en visite (4)

Chronique de Tony Duvert parue dans Gai Pied n° 37 (avril 1982)


Quand on traite un sujet inépuisable, et qu’on l’effleure, comme je l’ai fait, à coup de digressions, de fantaisies, on s’y empêtre, on n’en sort plus. On est trop dedans : on risque d’ennuyer. La politesse oblige à couper court. Je préfère donc achever aujourd’hui cet Amour en visite ; j’y reviendrai si j’apprends à en parler mieux, et autrement, et avec moins de timidité et de vague.

Les pays que fréquentent les pédérastes et les pédophiles se lassent, un à un, de ce tourisme-là. Ils créent des lois pour l’enrayer.

J’habitais l’un de ces pays quand on y édicta, en 1974 je crois, une loi anti-homosexuels. Un matin, je rentrais du marché, et un gamin que je connaissais m’aborde, le visage atterré :

— T’as entendu la radio ?

— Non, qu’est-ce qu’il y a ? La guerre ?

On rentre chez moi. Le garçon m’explique de quelle guerre il s’agit : désormais, les actes homosexuels seront punis de prison.

Pas de quoi s’affoler, pensais-je. Dans toutes les nations du monde, aujourd’hui, les chefs d’État posent pour la photo officielle en complet rayé et cravate, devant une cheminée Louis XVI : c’est une question de standing, de bonne image de marque internationale. Au même titre, ils épureront les mœurs de leur déplorable population : la morale chrétienne, c’est propre, ça fait riche, docile, bien élevé, c’est très bien vu sur le marché de la main-d’œuvre.

Le détail de la loi (plusieurs pays que les homos fréquentent massivement l’été ont la même) était vraiment intéressant. Car on interdisait les relations homos entre mineurs et majeurs (ô Foyer, quel régal !). Mais la loi punissait identiquement le mineur et le majeur qui avaient « collaboré » à cette infamie.

Oui, tous les deux flanqués au trou. Pas question d’un « coupable » adulte et d’une « victime » enfantine. Non : deux coupables, un gamin, un adulte. Coupables d’homosexualité, tout simplement. Des complices. Comme s’ils avaient volé, ensemble, quelque chose. Mais quoi, et à qui ?…

Cette originalité de la loi m’avait enchanté. Elle prouvait qu’on n’instaurait pas l’ordre moral pour « protéger » les enfants de l’horrible appétit sexuel des touristes — mais pour dissuader le mineur de partager ses jeux avec les grandes personnes venues d’ailleurs. Il fallait réprimer l’homosexualité naïve du petit peuple garçonnier, lui qui, certes, n’avait eu besoin d’aucun touriste, d’aucun colon, pour s’enculer en toute innocence. Et, puisque ces garçons-là n’ont pas de préjugés anti-vieux, au contraire, on peut être certain qu’ils lâchaient plus de foutre avec les vieilles tantes de l’Europe qu’avec les jeunes femmes de chez eux. Et pour cause.

Cette loi a-t-elle été appliquée ? Je ne l’ai pas constaté, et je ne l’ai pas entendu dire. Ce n’était sûrement pas sa raison d’être. Il s’agissait, je le répète, d’un simple cadeau que cet État faisait à ces messieurs puritains et baptistes qui dirigent les multinationales, et qui adorent qu’on soit vertueux et digne dans les pays dont ils exploitent la misère.

Une pétition de principe leur suffit, heureusement. Ces bons apôtres savent que la répression effective coûte cher : un pays « en voie de développement » n’a pas les moyens de s’offrir une police des culs, même avec l’appui moral (ô combien) du business frigide des USA. Et l’ONU n’a pas encore osé envoyer ses casques bleus pour soutenir les convictions sexuelles des petits saints qui nous gouvernent.

Alors la police locale fait ce qu’elle peut : et elle a des missions politiques qui l’épuisent trop et qui lui ôtent le loisir de casser du pédé.

Ces lois manquent donc de défenseurs. Elles effraient un petit coup — juste assez pour rappeler au bon peuple que les gouvernements ont le bras long, si long qu’il peut descendre jusqu’aux braguettes. Mais ce bras manque d’hommes de main, il ne va pas au bout de ses bonnes intentions. Un tripoteur manchot. Un Vatican sans Opus Dei ni budget anti-mœurs.

Il fallait lancer ce cri d’alarme. Vous aimez les enfants ? Cotisez pour leurs flics. Ce monde entier claque du bec.

Le gamin qui me raconta cette nouvelle loi était, quant à lui, dépassé. Comme si, dans son pays, on avait subitement décidé de fusiller les gosses qui pissent contre un mur. Ou les nerveux qui éternuent.

La morale « populaire » (quand la vie survit dans un peuple : ce n’est pas chez nous) est fondée, je crois, sur un sens très concret du préjudice réel qu’on inflige à autrui si on fait quelque chose. On existe ensemble : pas question d’examen de conscience solitaire, pas question de tourner sept fois autour de son nombril pour juger du bien et du mal. Pas d’intériorisation. On vide ses querelles entre personnes ; on apprécie ses actes avec ceux qui les ont partagés ou subis.

Bien sûr, la pédérastie n’était pas approuvée, là-bas : mais l’opinion gamine n’y voyait qu’une petite chose pas bien, comme le mensonge ou la moquerie. Tout le monde y cède, personne ne peut se sentir coupable d’y avoir cédé. Un éternuement ou un pet, oui, rien de plus : on s’excuse, on rougit, mais on ne s’attend pas à ce que les gendarmes se dérangent pour si peu.

De telles lois n’ont donc aucune crédibilité pour la population qu’elles veulent européaniser sexuellement. Les gens ont d’autres chats à fouetter. Ah, petit crétin, tu t’es frotté aux touristes et ça t’a fait mal aux fesses ? Bon tu l’as pas volé, te plains pas à ta mère. Etc.

Imaginons cependant que les lois en question deviennent efficaces ; qu’on les applique ; qu’on filtre les homos aux frontières ; qu’on quadrille les rues, les jardins, les plages, de flics-la-pudeur en uniforme, payés par ITT ou par Coca-Cola. Un rêve !…

Que se passera-t-il ?

Les nations « privilégiées », les pays riches, exportent chaque été, c’est vrai, leurs frustrés sexuels. Ces frustrés trouvent, un peu partout sur la planète, des hommes ou des femmes, des garçons ou des filles, qui ne leur crachent pas à la figure et qui acceptent sans peine leurs mœurs ou leur âge ou leur aspect physique ou tout cela ensemble.

Cette rencontre n’est pas plus simple qu’aucune autre et a lieu entre n’importe qui et n’importe qui. Il s’y passe souvent des choses presque aussi dégoûtantes que les « Trottoirs de Manille » du fils Debré (encore un fils qui donne follement envie de faire des gosses…), mais moins écœurantes que la poignée de main hilare entre Jean-Paul II et le président Marcos, dictateur des Philippines, capitale Manille (quelle coïncidence !). À ordure, ordure et demie, même si on vilipende celle des touristes à culotte tandis qu’on louange celle des salauds à soutane.

En tout cas, si l’entreprise néo-colonialiste qui s’appelle : infliger aux miséreux des tropiques l’ordre moral des chaisières françaises, si cette entreprise aboutit, que se produira-t-il ?

Évidemment, un reflux de nos frustrés sexuels vers leur pays d’origine à chacun.

Xénophobe, bouché, borné, incapable d’aimer aucune culture au monde — pas même la sienne —, le Français moyen, pédophile ou non, ne sera pas beaucoup privé d’« échanges » et de sociabilité si on l’oblige à rester chez lui. Puisque, lorsqu’il met le nez dehors, il est encore plus infect qu’il n’ose l’être entre soi. (Un cas limite qui déconcerte le monde entier.)

Je continue à réduire. Les amours que notre pédophile français ne pourra plus vivre en vacances, il les rapatriera et… essaiera de les vivre ici. Ici même. Avec des petits Français d’âge illégal. Et ça deviendra amusant : car chez nous, non seulement les lois sont pires que celles dont j’ai parlé, mais en outre nous sommes assez riches pour qu’elles soient appliquées. L’argent n’est même pas tout, puisque, à côté de la police et de la justice généreusement salariées pour nous dépister et nous punir, il existe en France une quantité exemplaire de flics bénévoles — ces millions de braves gens qui adorent « protéger l’enfance » si ça leur donne l’occasion de taper sur quelqu’un. Oui, chez nous la « vertu » a des bras innombrables, et qui se musclent au pastis : c’est dire leur énergie. On n’a pas le Coran de Khomeini, mais on a du Ricard. La civilisation et la morale n’ont pas fini de s’abreuver aux meilleures sources.

Dans ce contexte, le pédophile français refoulé loin des Arabies heureuses, et renvoyé à ses pantoufles, que fera-t-il ?

Solution vertueuse : il va militer vachement pour qu’on reconnaisse en France sa liberté de vivre ce qu’il peut avec qui il peut.

Solutions probables : porno, prostitution et viol. Petits enfants de l’Hexagone, ouvrez grand vos grands yeux : vous allez sûrement nous aimer.


Texte suivant : Les voleurs de vent
Retour au sommaire